ameliepoulain24+hotmail.com
écrit à

   


Sigmund Freud

     
   

L'auto-destruction

   

Cher Sigmund,

Je suis en train d'écrire ma thèse et je n'y arrive pas, je repousse les échéances et les efforts, me dirigeant tout droit dans un mur d'échec.

Pourquoi est-ce que je me mets dans une situation pareille?

Est-ce que l'humain a toujours une tendance plus ou moins enfouie à l'autodestruction?


Chère Johanna,

Ce n'est pas une autodestruction que vous recherchez pour la simple et bonne raison que si c'était par masochisme, vous ne vous en plaindriez pas. C'est un but que vous cherchez, un accomplissement pour être plus précis. Et plus la quête est difficile plus on en est satisfait par après. Ne craignez pas cela. Nous nous mettons expressément dans ce genre de situation tout au long de notre vie.

Même dans nos loisirs. Moi-même, étant jeune, je pratiquais l'escalade et la promenade en altitude et je puis vous assurer qu'à certains instants je me questionnais sur ma place en ces situations. Mais c'est pour profiter du plaisir de cette pulsion que nous recherchons la difficulté, en quelque sorte.

Bien entendu, l'homme accompagne avec lui une autodestruction constante, mais ce n'est pas la même chose qu'un accomplissement de but.

De plus, les animaux aussi ont des tendances à l'autodestruction, même si c'est à caractère instinctif.

Bien à vous.

S. Freud