leggius+hotmail.com
écrit à

   


Sigmund Freud

     
   

Confiance en soi

   

Cher Dr Freud,

Voici un problème qui me gâche la vie: la confiance en soi. Je n'ai absolument pas confiance en moi! Je ne m'aime pas...
Peut-être que si je savais ce que ces trois mots recouvrent, je pourrais comprendre et ainsi m'épanouir...
Pouvez-vous me dire ce qu'est la confiance en soi?
De quelle manière puis-je regagner cette confiance?
Votre réponse me donnera certainement des éléments qui m'aideront, et je vous en remercie d'avance.

Bien à vous,
Jérôme K.


Cher Jérôme,

Votre question sur la confiance en soi m'est parvenue bien plus de fois que les problèmes sexuels. Mais je vous informe déjà qu'il n'y a pas de solution miracle.

La confiance en soi n'est pas une chose à découvrir ou à rechercher dans un certain endroit. C'est un acte, un fait qui vous transforme. Je m'explique:

La confiance en soi arrive en même temps que la naissance, mais c'est une double confiance. Effectivement, on ne croit pas qu'en soi, on croit également en ses parents et plus particulièrement en sa mère. Par après, on finit par découvrir que l'on est fragile, mortel et surtout sans défense face au monde qui nous entoure. Cela se découvre vers 7 ans, lors de l'âge de la raison. Par après, lorsque nous traversons l'adolescence avec ses nombreux périls, la confiance en soi n'est toujours pas arrivée comme par magie. C'est une preuve qu'il faut se donner, il faut pouvoir se faire confiance, nous devons pouvoir nous dire que c'est grâce à nous que nous avançons dans la vie. Malheureusement, ça ne survient pas comme on le voudrait. C'est après avoir atteint un certain but que l'on se rend compte qu'on peut se faire confiance et dès lors, il faut renforcer notre confiance en s'améliorant et en réalisant nos désirs.

C'est donc par une preuve à soi-même que s'acquiert la confiance en soi. Prouvez-vous que vous êtes mieux que ce que vous jugez normalement de vous-même et le reste suivra.

Si vous désirez plus amples informations, je reste présent.

Bien à vous,

S. Freud