Bonjour M. Bovary!
       

       
         
         

Sylvain

      Je suis charmé et même intimidé de pouvoir enfin converser avec le grand Flaubert.

Comment vous est-il venu l'idée de construire ce roman fleuve qu'est Mme Bovary, où avez-vous pu avoir l'inspiration nécessaire pour faire de ce roman l'oeuvre de votre vie (hormis Salammb..., pardon)?

J'aurais tant aimé connaitre Maupassant, on dit qu'il était lunatique, est-ce vrai? L'avez-vous beaucoup influencé pour l'écriture d'Une Vie?

Merci pour votre réponse qui me fera le plus grand plaisir.

Sylvain

 

       
         

Gustave Flaubert

      Croisset, août 1874

Cher Monsieur,

Monsieur Bovary! Que voilà une étrange idée... Enfin. Comment ai-je eu l'inspiration pour écrire Madame Bovary. Il s'agit ici, comprenez, d'une oeuvre d'art, d'un travail d'artiste qui crée une réalité, un assemblage de pensées, de mouvements de l'âme. Tout ce qu'on invente est vrai, voyez-vous. L'écrivain, le romancier, l'artiste, crée une réalité, qui s'approche de la vérité que celle que nos sens peut observer, parce qu'elle cherche à atteindre une perfection, une abstraction - comme la géométrie par exemple. Le cercle, en tant qu'abstraction géométrique, est une vérité pure, qu'on ne retrouve pas telle quelle dans la nature. Mais l'abstraction géométrique participe d'une beauté et d'une vérité qu'apporte le travail du scientifique, comme devrait le faire l'oeuvre d'art réussie.

Alors, rien n'est tiré de la réalité, dans Madame Bovary, et tout l'est, à la fois. Puisque, comme en science où l'observation permet de déduire des lois universelles, l'expérience de l'artiste lui permet de créer des oeuvres d'art qui elles aussi doivent atteindre la vérité.

Et c'est parce qu'elle touche à cette vérité (si j'ai réussi) que l'oeuvre d'art semble si réelle - alors qu'elle ne dépeint aucune réalité concrète.

Pour ce qui est du jeune Maupassant, l'Éditeur m'informe qu'effectivement il écrira éventuellement un roman qui s'appellera Une Vie. Pour l'heure, c'est encore un jeune homme un peu dissipé qui devrait se consacrer plus entièrement à l'Art. Ainsi va la jeunesse... Mais ce jeune homme est plein de talent et s'il y met le travail nécessaire, il arrivera à de grandes choses!

Bien vôtre,

Gustave Flaubert