L'éducation sentimentale
       

       
         
         

Henrik Tunyogi

      Monsieur Flaubert,

Je suis curieux de savoir comment, dans L'Éducation sentimentale, le personnage de Frédéric vous ressemble.

Grand merci,

Henrik Tunyogi

 

       
         

Gustave Flaubert

      Croisset, août 1874

Monsieur,

Vous posez là une question bien sérieuse! Votre missive contient, en fait, deux interrogations: premièrement, en quoi un personnage imaginaire, Frédéric Moreau, partage des similitudes morales, psychiques et physiques avec un homme donné, à savoir Mr Gustave Flaubert. Deuxièmement, qu’est-ce que ce personnage hérite de moi, comme écrivain, dans ses qualités et traits de caractères.

Ma réponse à la première formulation sera brève: cela n’a aucun intérêt. Qu’importe Mr Gustave Flaubert? Rien! Ce qui compte c’est l’oeuvre d’art, qui se suffit à elle-même.

Le deuxième aspect que je désirerais soulever explique ce que je viens d’écrire. On ne doit pas voir l’artiste dans la contemplation de son oeuvre. Il est comme Dieu dans sa création: invisible, cependant que présent partout. Qui plus est, l’auteur n’a pas le droit de se donner, dans son œuvre, il doit extraire le Beau et le Vrai –atteindre à l’universel et au général en quelque sorte. Faire de l’autobiographie n’est pas digne du travail du romancier. Nous nous devons de construire une œuvre d’art, et surtout pas de donner notre opinion.

Un roman doit être construit comme une pyramide: avec un dessin pré-établi, à force de sueur, et non de sentiments –encore moins d’épanchement. C’est ainsi que le personnage de Frédéric Moreau n’a rien à voir avec moi, si ce n’est, comme de bien entendu, d’ecirc;tre le produit de mon imagination. Pour le reste, il est nécessaire dans la construction du livre, un point c’est tout.

Espérant avoir répondu à votre interrogation,

Je demeure, Monsieur, votre dévoué,
Gve Flaubert