Vérité
       

       
         
         

Michèle

      Bonjour Albert,

Avec tout le respect et l'admiration que je vous dois, je trouve étrange que vous ayiez répondu, à un des intervenants de ce forum, que «La vérité n'a jamais fait de mal à personne.»

Il me semble que cette déclaration manque de relativité.

Et puis, qu'est-ce que la vérité? Doit-on appeler «vérité» cette perception subjective et individuelle de la réalité? Doit-on, comme le dit le vieil axiome, la trouver dans le vin?

J'apprécierais grandement que vous m'éclairiez à ce propos.

Michèle

 

       
         

Albert Einstein

      Madame,

Je blaguais bien entendu lorsque j'ai répondu cela. C'est que je trouvais que le correspondant me flattait outrageusement, et j'ai voulu en rajouter une couche. Je prends toujours avec un grain de sel tous ces compliments sur mon talent. Comme je l'ai souvent dit, je n'ai pas de talent particulier (sauf peut-être pour le violon), je suis seulement passionnément curieux.

Vous faites bien de soulever la question de la vérité, et je crois que vous apportez une bonne partie de la réponse en mentionnant la perception subjective et individuelle. Je pense exactement comme vous. Je pourrais même ajouter qu'il y a deux sortes de vérités: les vérités dites absolues et démontrables, et les vérités subjectives. Dans le premier groupe se trouvent les assertions courantes du type «Albert a les cheveux bleus», «il neige présentement», ou «Non, Monsieur le juge, je n'ai pas tué cet homme». Cette dernière proposition, quoique équivoque, est soit vraie soit fausse. JE sais, MOI, si j'ai tué l'homme en question. Ainsi, ce que j'affirme est soit la vérité soit un mensonge. Que le juge me croie ou non ne change rien. Dans la même catégorie s'ajoutent les propositions mathématiques du genre: pour tout x élément de l'ensemble des entiers, il existe un et un seul y tel que x-y =0. Dans ce cas-ci, la proposition est vraie, si y=x. Les lois universelles sont aussi des vérités absolues. Telle F=MxA, la force est égale à la masse multipliée par l'accélération, qu'on doit à Newton, ou la loi d'Ohm (V=Rx I), et bien d'autres.

Dans l'autre catégorie, nous trouvons entre autres toutes les théories qui ne sont pas érigées en lois universelles. Entre autres, je pense que l'Univers est déterministe, Bohr croit qu'il est probabiliste. Qui dit la vérité? Ce n'est pas parce que je crois en une chose qu'elle est nécessairement la vérité, parce que dans l'affirmative il y aurait sur Terre autant de dieux qu'il y a de religions. Il n'en tient qu'à moi de démontrer par l'expérience que ma théorie est juste. La théorie de la relativité générale, bien que démontrée par certaines expériences, ne peut être encore tenue pour une vérité absolue. Pourquoi trouve-t-on quatre forces dans la nature? Simplement parce que nous sommes incapables de trouver l'équation qui les intègre toutes, et lorsque nous l'aurons trouvée, elle apparaîtra aussi simple que même un enfant pourrait la comprendre. En attendant, toutes les théories expliquant chacune de ces forces sont des parcelles de vérité.

Et entre les deux, il y a tout ce qu'on tient pour vérité, l'ensemble de nos paradigmes. Par exemple, si je dis, la somme des angles d'un triangle est 180 degrés, est-ce la vérité? Bien sûr, me répondrez-vous sans doute; eh bien non, puisque cette assertion n'est vraie que dans un référentiel euclidien; la somme des angles d'un triangle ne donne pas 180 degrés si le triangle est sur une sphère. Et il y a aussi Schrödinger, qui ne sait pas encore si son chat est mort ou vivant. Pire, il affirme qu'il est mort ET vivant.

Albert Einstein