Niels Bohr
       

       
         
         

dominique.damoiseau@skynet.be

      Monsieur Einstein,

Pourquoi n'avez-vous jamais adhéré à la théorie de Niels Bohr?

Dominique Damoiseau

 

       
         

Albert Einstein

      Niels est un brillant chercheur, je serai toujours le premier à le reconnaître. Cependant, bien que nous oeuvrons, lui et moi, à tenter de comprendre comment l'Univers fonctionne, nos visions sont complètement opposées à bien des points de vue. En soit, cette opposition m'apparaît salutaire, parce que cela nous oblige, chacun de notre côté, à faire encore plus pour démontrer nos théories respectives. J'ai toujours cru en un Univers déterministe, dont la compréhension nous échappe encore en partie, mais beau mathématiquement, c'est à dire dans le sens de sublime.

Ma dissension avec la théorie de Bohr vient de la partie de la mécanique quantique qui traite du principe d'incertitude et de la théorie probabiliste quant à la position de l'électron. Dire qu'il est impossible de prédire quand un atome émettra un quantum de lumière m'apparaît comme un manque de connaissance dans notre modèle de l'atome, d'où ma célèbre tirade «Dieu ne joue pas aux dés». Je ne jette aucun blâme aux chercheurs du camp «probabiliste», cependant, vous êtes sévère en disant que je n'ai jamais adhéré à la théorie de Niel Bohr. Je n'adhère pas au principe qui dit que la mécanique quantique doit TOUT expliquer. D'ailleurs, au milieu des années trente, j'ai moi-même accepté la mécanique quantique comme «un modèle statistique consistant pour expliquer le comportement des atomes», et j'en ai dit que c'était la théorie physique la plus complète de notre temps. Mais dire qu'elle explique tout, cela serait présomptueux. Voilà ma dissension. Ce que je pense, c'est que ni la théorie de la relativité générale ni la mécanique quantique ne peuvent, chacune séparément, expliquer l'Univers dans son ensemble. Alors ce que je dis, c'est que la théorie quantique de Bohr est un modèle incomplet. Il doit nécessairement exister un théorie plus «profonde», que nous n'avons pas encore découverte, théorie qui pourrair expliquer les comportements individuels de chaque atome, sans faire intervenir de probabilités. Je fais des recherches, présentement, pour justement tenter de découvrir ce qu'il y a «en-dessous». Une voie prometteuse à étudier serait sans doute de ne pas considérer les particules élémentaires comme justement «élémentaires». Et si nous découvrions que les protons et les neutrons sont divisibles?

Albert Einstein