Naissance de l'univers
       

       
         
         

graphisme@wanadoo.fr

      Je souhaiterais avoir votre vision des choses sur la plus grande des questions qu'ait porté le monde: Quelle est selon vous l'origine de l'univers (si origine il y a)? Je vous demande cela car, même si les théories sont nombreuses aujourd'hui, elles ne me satisfont pas, en particulier la plus répandue dite du «Big-Bang» qui serait à l'origine de tout.

Il me semble qu'un esprit aussi brillant que le vôtre, capable de manipuler avec talent des notions complexes telles que la relation entre le temps et l'espace doit avoir une approche intéressante sur le sujet.

Merci d'avance pour le «temps» que vous allez consacrer à ma question.

Sincères salutations,

Philippe

 

       
         

Albert Einstein

      Cher Philippe,

Je voudrais d'abord vous remercier pour les compliments; je les accepte avec joie; la vérité n'a jamais fait de mal à personne.

Vous me voyez désolé de ne pas connaître la théorie du Big Bang, qui serait, dites-vous, à l'origine de tout. Oublions ce Big Bang et revenons à votre question principale, c'est-à-dire l'origine de l'Univers.

Hubble a démontré hors de tout doute en 1929, avec ses études sur le décalage vers le rouge des raies spectrales des galaxies lointaines (dû à l'effet Doppler), que notre Univers est en expansion. Au début je n'adhérais pas à ce principe, ayant toujours soutenu que l'Univers était stationnaire. Puis, j'ai rencontré personnellement Hubble en 1930 pour discuter de ses découvertes avec lui, et par la suite j'y ai adhéré totalement. Rendant à César ce qui appartient à César, je dois ajouter que l'américain Vesto Slipher, en 1914, aurait pu en arriver aux mêmes conclusions. Il avait mesuré la vitesse de 13 nébuleuses lointaines (en fait il mesurait des galaxies mais il ne le savait pas, en 1914 personne ne voyait plus loin que notre Galaxie, la Voie Lactée), et il avait déterminé que 12 d'entre elles s'éloignaient de nous à grande vitesse. Plutôt que d'en tirer la conclusion que cela impliquait que l'Univers était en expansion, il n'a fait que constater l'étrangeté de la chose. À cette époque, nous étions en guerre, et les savants des différents pays ne pouvant plus communiquer entre eux, je n'ai pas eu connaissance des travaux de Slipher.

J'ouvre ici une parenthèse pour parler de ce que j'ai toujours appelé ma plus grande erreur, soit l'introduction d'une constante cosmologique dans les équations de la relativité générale. En 1915, toute la communauté scientifique, y compris moi-même, s'entendait sur le fait que l'Univers était stationnaire, rien ne nous amenant à affirmer le contraire. Quiconque aurait affirmé autre chose aurait eu fort à faire de convaincre ses pairs des biens fondés d'une telle pensée. Cependant, ma propre théorie de la relativité générale, que je terminais, définissait mathématiquement un Univers soit en expansion, soit en contraction. Doutant de cet état de fait et, je le répète, n'ayant aucune raison de croire que l'Univers était en expansion, j'ai introduit volontairement une variable nommée lambda, dite constante cosmologique, dans mes équations, constante ayant pour effet d'agir à l'encontre de la gravitation. Ainsi modifiée, ma théorie pouvait définir l'Univers tel que nous l'observions (et que nous le pensions) à l'époque, c'est-à-dire stationnaire. Cela fut une grande erreur de mettre ainsi en doute mes propres calculs, parce que n'eut été de cet ajout, et si j'avais été en connaissance des travaux de Slipher, j'aurais été à même de prévoir, de façon spectaculaire et purement mathématique, l'expansion de l'Univers, et cela aussi tôt qu'en 1917. Cette prévision aurait consacré la théorie de la relativité générale en 1929, avec les observations de Hubble. Fin de la parenthèse.

Donc, l'Univers est en expansion, soit. Que pouvons-nous tirer comme conclusion de cette connaissance? La réponse est triviale en fait. Si les Galaxies s'éloignent toutes les unes des autres, on peut affirmer sans aucune crainte de se tromper qu'il y a 10 minutes elles étaient plus proches. Et qu'il y a un milliard d'années elles l'étaient encore plus. La question est en fait: jusqu'où devons-nous, ou pouvons-nous, reculer ainsi? Poussée dans ses derniers retranchements, la théorie de la relativité générale peut prévoir, je dis bien «peut», des objets singuliers de dimension nulle et de densité infinie. Mais je dois admettre que si ma théorie en admet l'existence, là s'arrêtent ses possibilités, parce que les lois de la physique classique ne sont plus du domaine de la relativité générale dans de tels objets, et qu'il serait extrêmement improbable que l'Univers ait connu un tel début. Avec de tels objets, nous ne sommes pas loin de l'idée de l'abbé Lemaître au sujet de ce qu'il appelle l'atome primitif. C'est bien là tout le paradoxe de ma théorie; elle prédit l'existence de singularités qu'elle serait incapable de décrire. C'est la raison pour laquelle je ne crois pas en l'existence de ces hypothétiques objets. Par contre, prise à la lettre, il faut avouer que la relativité générale indique bien que l'espace-temps peut avoir eu un début. J'ai commis une fois l'erreur de ne pas croire mes équations, mais cette fois-ci, cela m'amènerait à admettre l'existence d'objets auxquels je ne crois pas.

Finalement, on devrait plutôt se demander: l'Univers a-t-il besoin d'avoir une origine? Je comprends que je ne réponds pas entièrement à votre question, mais votre question a-t-elle un sens ?

Albert Einstein