Entre les astres
       

       
         
         

AnARchY124527@aol.com

      Je voudrais savoir ce qu'il y a dans l'espace entre les différents astres. J'ai toujours entendu dire qu'il n'y a rien; seulement pour moi le «rien» n'a pas de signification, il doit bien y avoir quelque chose. Des analyses ont-elles déjà été faites pour savoir de quoi est constitué notre univers? 

 

        
          

Albert Einstein

      Vous avez bien raison. La nature a horreur du vide. D'ailleurs, entre les étoiles, il n'y a pas du vide mais ce qu'on appelle le milieu interstellaire. La densité de ce milieu est bien sûr très faible, et très variable: suivant les types de régions, la densité varie entre un millionième d'atome par cm cube et un million d'atomes par cm cube. (Même un million d'atomes, c'est très peu dans un cm cube!) 

Et il existe plusieurs zones de milieu interstellaire très différentes. Les zones les moins denses sont les plus chaudes (1000 K ou plus) et résultent de l'explosion des supernovae. Le front de particules très chaudes provenant de la supernova se propage à l'intérieur du milieu interstellaire plus dense et froid, appelé le milieu diffus. 

Le milieu diffus a des densités de l'ordre d'un atome par cm cube, mais c'est très variable. La température est de l'ordre de 100 K, et est aussi très variable. 

Dans ces milieux décrits ci-dessus, on trouve surtout de l'hydrogène atomique: c'est l'élément le plus présent dans les étoiles et dans l'Univers. L'hélium est aussi présent en quantités relativement importantes, et les autres éléments sont rares. 

Le milieu interstellaire dense est sans doute le plus intéressant. Il ne représente qu'une faible partie du volume dans la Galaxie, mais c'est là où se passent les choses: là où des molécules complexes se forment, et surtout où naissent les étoiles. On a déjà trouvé dans des nébuleuses denses, des molécules à dix atomes ou plus, et des molécules organiques (c'est-à-dire formées avec du carbone, de l'oxygène, de l'azote et de l'hydrogène). Les étoiles se forment par effondrement gravitationnel d'un nuage moléculaire dense, il est donc très intéressant de pouvoir connaître les masses de ces nuages. C'est possible en mesurant soit l'intensité en infrarouge lointain, soit des raies moléculaires. Ces nuages sont essentiellement composés de gaz d'hydrogène moléculaire (deux atomes d'hydrogène collés par les forces électriques) et d'hélium (toujours atomique). Mais il y a aussi, mélangées au gaz, des poussières, dans un rapport massique d'environ 1 à 100. Ces poussières sont de taille et de composition chimique très variable. En gros, on peut dire que les petites poussières (entre 1 nm et 100 nm) sont constituées essentiellement de grosses molécules carbonées, alors que les grosses poussières (1 micron et plus) ont en plus des silicates et des glaces. 

La température de ces poussières varie entre 10 K et 100 K environ dans le milieu interstellaire dense. Il existe des complexes moléculaires dans lesquels naissent les étoiles par contraction gravitationnelle. La composition chimique du nuage précurseur influence donc la composition chimique primaire de l'étoile. 

Albert Einstein


 



 

AnARchY124527@aol.com


 
Je vous remercie pour votre réponse rapide. Pourriez-vous me définir exactement ce qu'est l'espace-temps? Je voudrais également savoir si vous pouvez m'envoyer le tableau de Mendeleïev le plus récent que vous ayez.


 



 

Albert Einstein


 
Nos sens sont habitués à reconnaître les objets dans trois dimensions; la hauteur, la longueur et la largeur. Cependant, tous les objets qui nous entourent, et tout l'univers, existent également dans une quatrième dimension, qui est le temps. Si un objet n'avait aucune dimension temporelle (de 4e dimension), on pourrait aussi bien dire qu'il n'existe pas. Cette quatrième dimension est indécelable pour nos sens. C'est cette union entre les trois dimensions spatiales et le temps que l'on appelle l'espace-temps. Selon la théorie de la relativité, l'espace et le temps sont relatifs (dilatation du temps, contraction des longueurs), mais l'espace-temps est absolu. 

Je ne vous écrirai pas ici le tableau périodique des éléments. Il est sûrement plus précis et complet à votre époque. On m'a même dit qu'il contient un élément appelé Einsteinium portant le numéro 99, et qu'il compte près de 115 éléments. Je peux simplement te dire qu'en 1944, le tableau périodique que je connais compte 96 éléments. Les deux derniers ont été ajoutés cette année même, et sont l'Américium (95) et le Curium (96).

Albert Einstein