Darwin
       

       
         
         

arthemis_1999@yahoo.com

      Rererebonjour Einstein,

Pardonnez-moi de vous submerger ainsi de cyber-missives, mais ce n'est pas tous les jours que j'ai la chance d'interroger le plus grand génie du 20e siècle.

J'aimerais savoir ce que vous pensez des théories darwiniennes. L'Homme descend-il du singe? Est-ce vrai que la femme est, en général, moins intelligente que l'homme à cause de la grosseur moyenne de son cerveau, soit-disant inférieure à celle de l'Homme?

Merci à l'avance et bonne journée,

Michèle

 

       
         

Albert Einstein

      Re-re-re-re bonjour.

Eh bien on peut dire, chère madame, que vous submergez le vortex Dialogus. Vous ne craignez pas que le flot se tarisse? Quoiqu'il en soit, il me fait plaisir de répondre à vos questions d'ordre philosophique. Tout cela n'est pas sans me rappeler la belle époque de l'Académie Olympia, comme moi et quelques amis avions surnommé notre cercle d'amis, du temps où je demeurais à Berne.

La théorie de l'évolution naturelle de Darwin explique assez bien, d'après moi, l'évolution des espèces, depuis la création jusqu'à l'homme moderne. Je ne trouve pas de failles dans cette théorie. Même si je ne crois pas que le hasard régisse le comportement de l'électron, il est tout à fait naturel que le hasard ait pu faire évoluer des espèces, puisque qu'on parle ici d'une période couvrant 3 milliards d'années et plus. Cela n'a pas encore été démontré, mais il doit exister, au coeur des cellules, une structure microscopique qui renferme toutes les informations nécessaires au développement et au fonctionnement d'un être vivant. Cette structure pourrait alors subir, avec le temps, des altérations permanentes transmises aux descendants, qui seraient alors différents de leurs parents. Selon Darwin, si ces altérations sont bénéfiques au nouvel individu, il survivra, se reproduira, et les transmettra à son tour. Les nouvelles espèces ont dû apparaître ainsi.

Quant au cerveau de la femme, même s'il apparaît qu'il s'avère légèrement plus petit que celui de l'homme, cela n'enlève en rien à sa qualité, et ne fait pas de la femme une personne moins intelligente. La nature même du cerveau doit être telle que les connections synaptiques sont agencées de manière différente dans les deux cerveaux. Il se pourrait aussi que la femme bénéficie d'un avantage dans certaines habiletés et l'homme dans d'autres. Quoi qu'il en soit, j'ai connu plusieurs femmes scientifiques et très intelligentes, tout comme j'ai connu des hommes idiots.

Albert Einstein