Boscovitch
       

       
         
         

athon1@tiscali.fr

      Cher M. Einstein,

J'aurais juste une question à vous poser, mais qui comporte plusieurs interrogations.

Avez-vous entendu parler d'un certain «Boscovitch»? On m'a dit qu'il était très averti dans le domaine du temps et de l'espace et qu'il aurait vécu il y a 200 ans environ. Pouvez-vous si cela est possible me donner un maximum d'information sur ce personnage qui apparemment semblait peu commun? (Son prénom, sa fonction, ses dates de naissance et de mort, s'il a écrit des livres... en tait, qui était-il? et qu'a-t-il fait?

Merci d'avance,

Athon

 

       
         

Albert Einstein

      Cher Athon,

voici,

Roudjer Boscovitch, né en 1711, et mort à Milan en 1787, était un savant et philosophe serbe; de bien des côtés, il fut perçu par plusieurs comme le continuateur de Newton, bien que ses théories lui étaient opposées. En 1758, il formula une théorie dynamique de la matière, fondée sur l'hypothèse atomique. Il a aussi démontré l'existence de planètes autour d'autres étoiles que notre soleil.

Boscovitch fut le premier à postuler l'existence d'une force agissant entre les atomes sur de très courtes distances. Voici ses principales propositions :

1. La loi de la continuité s'applique. Ainsi, quelque quantité que ce soit (par exemple une force), passant d'une magnitude à une autre, doit passer par les mêmes magnitudes de la même classe.

2. La matière est impénétrable. Deux corps ne peuvent occuper le même espace au même moment. 

(Cela ne vous rappelle-t-il pas le principe d'exclusion de Pauli ?)

3. Les constituants primaires de la matière sont parfaitement indivisibles, sans exception. 

(Avait-il déjà entrevu les quarks ?)

4. La matière est dispersée dans un vide et y flotte.

5. Les forces mutuelles entre des points est répulsive à une certaine distance et attractive à d'autres distances. À de très courtes distances, la force doit être répulsive, et cette force répulsive doit augmenter à mesure que la distance diminue. à de plus grandes distances (par exemple, de l'ordre du millième de pouce), la force devient finalement attractive, variant à l'inverse du carré de la distance. À l'intérieur de la zone grise, la force est alternativement attractive et répulsive.

6. Les points ne sont jamais au repos absolu. 

Albert Einstein