Seconde lettre d'acceptation
d'Albert Einstein
à l'Éditeur (1954)
       

       
         
         

Albert Einstein

      Monsieur Dumontais,

Vous me voyez extrêmement perplexe, mais il semble que votre machine à voyager dans le temps virtuelle, que vous nommez Dialogus, ait connu une ratée de dix ans. En effet, j'étais en 1944 lorsque j'ai reçu le dernier message en provenance de Dialogus. Depuis, dix années se sont écoulées sans aucune nouvelle, et voilà que je reçois votre lettre de relance alors que je suis à Noël de l'an 1954. La plus grande surprise dans l'affaire est qu'il semble que vous soyez, vous, toujours en 2005, soit à la même époque où vous vous trouviez quand j'étais en 1944. Voilà bien des chiffres, mais le compte est bon. Pendant ces longues années, je croyais bien avoir perdu le contact avec vous, aussi, c'est avec la plus grande joie que j'ai reçu votre message me demandant ce qui arrive avec moi. Malgré des efforts continus depuis presque trente ans, je ne suis pas encore parvenu à achever mon Grand Oeuvre, soit la Grande Unification. Je ne désespère toujours pas, mais je crains que cela soit un autre que moi qui y arrive lorsque je ne serai plus là. C'est avec plaisir que j'accepte à nouveau de collaborer avec vos intervenants. Je suis parfaitement conscient que je me fais vieux, et que mes jours dans ce monde étrange s'achèveront bientôt, aussi, certains souvenirs précis auront pu m'échapper. Soyez indulgents si je commets certains anachronismes.