India song
       

       
         
         

Stéphanie Filion

      Chère Marguerite,

Ma question sera brève: que pensez-vous des propos de Philippe Sollers, qui, dans un de ses récents livres, qualifie votre film India Song "d'imbuvable"?

Stéphanie Filion
         
         

Marguerite Duras

      Chère Madame,

Sachez que Philippe Sollers est lui-même imbuvable malgré son travail généreux et intelligent autour de Georges Bataille que j'admire et que j'aime. Mais ce que Sollers dit (dans le même livre que dont vous parlez), que je me suis déculpabilisée de ce livre que j'ai écrit encore enfant sur le colonialisme en m'identifiant au peuple juif, ça je ne peux l'accepter. J'ai perdu un enfant à cause de la guerre et mon mari a été emprisonné dans un camp. Je connais la peine du peuple juif, je connais la peur de Theodora Kats, cette petite fille juive qui est venue vivre dans mes livres.

Pour ce qui est d'India Song, la musique de Carlos d'Alessio est encore avec moi, elle m'entoure, m'habite comme à la première minute où j'ai entendu la musique de cet homme, musique du désir qui est l'essence même du film. Je m'en fiche que Sollers trouve ça imbuvable et puis tant mieux en fait qu'il n'aime pas ça, puisqu'India Song n'est pas un film pour être regardé ni aimé, c'est l'envers du cinéma, India Song, c'est tout, sauf du cinéma.

M.D.