Explication
       

       
         
         

Jelena

      Bonjour je m'appelle Jelena et je suis étudiante à Lausanne, en Suisse. Je m'adresse à vous pour pouvoir comprendre ce qui entrave mes lectures et re-lectures de l'Amant: j'aurais aimé savoir l'importance de ces femmes que vous décrivez dans le livre (Hélène Lagonelle, la folle du barrage contre le pacifique) ainsi que ce que la mère évoque réellement pour la narratrice du livre... Quel genre de relation réelle entretient-elle avec la mère?

Dernière question: la nuit est souvent décrite... Pourquoi vraiment la nuit?

Je vous remercie beaucoup et je tiens à vous dire que j'admire la façon dont vous vous exprimez par écrit...

Jelena
         
         

Marguerite Duras

      Jelena,

Il faut lire l'Amant sans le lire, sans s'appliquer, c'est un livre du désir, de la folie, de la mort. Il faut laisser aller la lecture. Les femmes ont une grande importance pour moi, elles possèdent la folie, la folie est une chose de femmes. Lol V Stein, mon personnage, l'incarne bien cette folie, ce ravissement de soi à son propre insu. La folle du barrage revient dans plusieurs livres car rien ne saurait achever de l'écrire, elle est l'écriture même, c'est elle qui court sur les pages du cahier. Je ne comprends pas votre question au sujet du rapport entre la fille et la mère, il est décrit dans le livre, la mère est folle et la fille frôle la folie et la mort en vivant près de la mère.

La nuit c'est ce moment de suspension du bruit, où en tout cas émerge un autre bruit, c'est le temps de la folie encore, de l'écriture. Les gens des bureaux sont partis se coucher et laissent place au silence du noir.

MD