Lettre d'acceptation
de René Descartes
à l'Éditeur
       

       
         
         

René Descartes

      Stockholm, 1649

Cher Sinclair Dumontais,
Cher Philibert Delapravda,
Chers Lecteurs,

J'ai éprouvé un grand plaisir à la suite de votre proposition. Aucun de mes contemporains, si riche ou puissant qu'il soit, ne peut se vanter de pouvoir dialoguer avec l'Homme du XXIème siècle. Si de cet échange ne peut a priori résulter que de bonnes choses, il me faut cependant vous éclairer sur mes intentions réelles.

Je me dois d'être clair: je n'approuve nullement l'idée d'un forum tel que Dialogus. Une telle diversité d'opinions constitue un danger réel pour la raison de qui viendrait y puiser des connaissances ou des raisonnements effectués par d'autres. Vous connaissez mon attachement à l'indépendance de l'activité intellectuelle, vous comprendrez donc que je m'inquiète au sujet de l'autorité de cette indépendance dans l'esprit de l'homme qui lirait dans une même minute les propos plus ou moins convaincants d'une dizaine de penseurs.

Vous avez joint, avec votre proposition, quelques écrits que vous avez jugés utile de me communiquer afin que je puisse me forger une opinion sur votre siècle. Après avoir commencé la lecture de l'une de vos superbes encyclopédies, il devint évident que je me devais de conserver une certaine ignorance de votre époque avant de débuter le dialogue. J'ai donc laissé, j'espère que vous ne m'en voudrez pas, la lecture de tous ces écrits à cette chère Catherine, qui dès lors a quelque peu déserté nos quotidiennes leçons de philosophie.

La raison de ma présence chez Dialogus ne se résume pas à un simple prosélytisme, ou à un acte de défense (j'admets donc que je n'ai pu m'arracher à la lecture de vos volumes qu'après la lettre G, après avoir fait connaissance de Roger Garaudy et des reproches qu'il me livre: ceux-ci trouvant d'ailleurs plus naissance dans la méconnaissance voire l'incompréhension). J'ai décidé de participer à ce projet afin de tenter humblement de faire reconnaître à l'Homme, que vous nommez moderne, la présence de cette Raison pure, intrinsèque et originelle.

Je me suis aussi aperçu avec peine que mon nom a donné naissance à une importante dérive lexicale. Dire d'une personne ou d'un raisonnement qu'il est cartésien dénote la volonté d'isoler et de dénigrer les vertus éclairantes de la droite Raison. C'est pourquoi je vous engage, vous acteurs du XXIème siècle, à correspondre avec moi, si ce n'est dans le but de vous apporter quelque chose, tout au moins afin de m'aider à discerner qu'est-ce qui a poussé l'homme à rendre artificielle une activité aussi naturelle que l'exercice de la Raison.

cogito ergo sum
René Descartes