Marie
écrit à

   

Charles Darwin
Charles Darwin

     
   

Homme et autodestruction 

   

Cher monsieur Darwin,

Je suis tout émue de pouvoir communiquer avec l'au-delà. Ma question est issue d'un état d'esprit un tantinet triste, veuillez m'en excuser. Cependant je voulais vous la poser car elle me trotte dans la tête depuis un moment: si l'Homme est issu d'une sélection génétique vers une meilleure adaptation à son environnement, pourquoi sommes-nous devenus autodestructeurs (pollution, guerre, non-solidarité...), nous éloignant et détruisant l'environnement et les autres, deux éléments pourtant indispensables à notre survie?

Cordialement,

Marie, vingt-cinq ans, citoyenne planétaire paumée.


Chère Madame,

Je pense que vous avez mal compris en quoi consiste la sélection naturelle; accessoirement, je trouve que vous avez une vision un peu noire de l'humanité.

La sélection naturelle n'a pas comme conséquence la parfaite adéquation de l'individu avec son milieu, et encore moins la préservation à long terme de cet environnement. La sélection naturelle est un processus qui sélectionne, à chaque génération, les individus qui présentent des caractères héréditaires qui leur confèrent un avantage reproductif par rapport à leur congénères –ce que j'ai appelé la «lutte pour la vie». Même si cette expression doit être prise dans un sens large et métaphorique, qui inclut la dépendance des individus entre eux, elle n'exclut pas la compétition et n'est en aucune manière la garantie d'un monde de paix. D'autre part, elle se joue à chaque génération, et si des caractères confèrent un avantage momentané aux individus qui les portent, ceux-ci seront sélectionnés, même si, à long terme, ces caractères se révèleront néfastes à la survie de l'espèce. Ainsi, la sélection naturelle ne garantit pas la survie des espèces –et, de fait, la plupart des espèces qui ont un jour existé sur la planète ont disparu et n'existent que sous forme de fossiles. Enfin, la sélection naturelle n'est pas un processus moral.

Pour ce qui est de l'espèce humaine, elle est plus nombreuse à mon époque qu'auparavant, et, si j'ai bien compris, elle est encore plus nombreuse à votre époque qu'à la mienne. Si l'espèce humaine a été un jour menacée d'extinction, c'est certainement plus aux temps préhistoriques que maintenant. D'autre part, contrairement à ce que vous pensez, comparés aux autres espèces animales, les êtres humains font preuve entre eux de solidarité et de compassion, et le fait que nous puissions juger cette solidarité insuffisante est la preuve même de la force de ce sentiment. Si l'égoïsme est une tendance du comportement humain, la solidarité en est une autre.

Ainsi, même si je pense que les organes corporels et mentaux de tous les êtres vivants ont été développés sous l'effet de la sélection naturelle, cela ne signifie en aucune manière que les comportements humains soient toujours conformes à notre morale, et qu'ils conduisent automatiquement à la paix, au bien-être de l'humanité, et à sa survie future; cela n'est pas pour autant une raison de désespérer du genre humain.

Cordialement,

Charles Darwin