J'écris un livre dans un contexte Nirvana
       

       
         
         

Jessica Kuijer

      Hello Mister Nirvana,

J'écris un livre et tu es ma référence en ce qui concerne la musique et l'époque donc dans laquelle je dois écrire mon histoire, je te remercie de tout coeur, tu es une légende, un mythe et le meilleur chanteur et compositeur que j'ai jamais entendu.

Si tu remarques bien les nouveaux artistes de maintenant te copient totalement, je voudrais citer: PUDDLE OF MUDD. Tu es unique en ton nom et je crois bien que nous ne t'oublierons jamais, jamais....

Merci pour ta musique!!!!

bye
         
         

Kurt Cobain

      Salut Jessica

Je pensais faire savoir au monde à quel point j'aimais les gens. Je pensais vouloir créer quelque chose que j'aurais personnellement envie d'écouter, parce qu'une grande partie de l'art mondial craint au-delà de toute description. Et pourtant je trouve que juger est une perte de temps. Et qui suis-je bordel, pour me hisser au rang d'autorité certifiée, quelqu'un qui aurait le droit de critiquer. Je suppose que d'une certaine façon, quiconque ayant suffisamment d'ambition pour créer et non déprécier mérite le respect. Il y en a qui se débrouillent mieux que d'autres. Il y a ceux qui possèdent un formidable enthousiasme et, terriblement prolifiques, débitent un million de produits par an. Ouais, des produits. Ce sont ceux-là qui pondent habituellement 10% de bons trucs et 90% de daube.

Ensuite il y a ceux qui passent des années à étudier les oeuvres des autres parce qu'ils n'ont aucune chance au monde de produire quelque chose qui soit traversé de la moindre étincelle de talent. Ouais, le talent. Mais comme je l'ai déjà dit, nul ne devrait être privé du privilège de créer et la plupart des gens n'ont certainement pas besoin d'être déstabilisés par la peur d'apprendre que leurs accomplissements sont meilleurs ou pires que ceux des autres. Ils sont capables de se rendre compte par eux-mêmes.

En y repensant, peut-être ai-je seulement essayé de faire savoir au monde à quel point je m'aimais, moi. Tel un hypocrite dans sa crypte hippie (1).

Je me déteste et je veux mourir.

Foutez-moi la paix.

Love Kurdt.

(1) Jeu de mots entre «hypocrite» et «hippie crypt». (Note de la rédaction)