Délire et vertige
       

       
         
         

Lili Mercadante

      Kurt,

Dis-moi est-ce que le fait d'être adulé est une sensation de vertige? Dis-moi aussi ce qu'on ressent sur une scène avec tous ces machins trucs sonores tonitruants autour et la foule en délire? Est-ce difficile après un concert rock de se retrouver dans le silence de sa loge? Mais est-ce qu'une vedette comme toi se retrouve seule après un spectacle? Et j'aimerais aussi savoir si tu étais libre de faire ce que tu voulais ou si tu avais les mains liés par des contrats avec des requins?

Je pose beaucoup de questions, mais j'ai le goût de savoir tellement de choses, Je suis timide, mais j'ose : je te trouve tellement beau.

Lili Mercadante
         
         

Kurt Cobain

      Salut Lili,

Je tiens à te remercier pour cette lettre qui m'a fait bien plaisir. Le fait d'être adulé, une sensation de vertige? Oui, un peu. Mais c'est surtout une sensation de responsabillité ! Celle de ne pas décevoir, d'être à la hauteur : je n'avais pas pensé à tout cela en fondant le groupe Nirvana. J'avais simplement l'envie de partager mon "soul" (âme?), et la chanson est un moyen idéal pour parler de soi, sans que ce soit évident pour autant, sans se dévoiler totalement aux autres.

Quand tu montes sur scène, tu te dirige droit vers ton instrument, tu sens tous les regards qui sont posé sur toi, mais lâchement, tu n'ose pas regarder ceux que tu risques de décevoir. Et puis, tu lâches quelques mots au micro, histoire de te mettre en confiance, de te rassurer et c'est seulement lorsque ta musique commence que tu retrouves à la fois seul et entouré de milliers de personnes. Car tu sens que tout le monde est avec toi, mais tu es aussi probablement le seul à comprendre ta musique, chaque son, chaque parole que tu as écrite et qui veut dire pour toi, et seulement toi.

Quelques fois, je joue et chante, et pourtant mon esprit n'est pas sur scène ! Le son de ma guitare, les percussions de la batterie me paraissent cacophonie. Et ça me rend triste de voir que les kids s'éclatant quand meme alors que dans ce cas, la chanson perd tout son intérêt puisqu'elle n'est pas sincère, mais une pure production mécanique. Mais tu sais, c'est bizarre quand tu n'as pas l'habitude : des grosses enceintes qui t'éclatent les tympans des spectateurs, et toi tu n'entends quasi rien de ce que tu joues avec toutes les fréquences qui se mélange. De toute manière on ne s'habitue jamais. Alors dans tout ce vacarme, il est parfois difficile de rester conscient.

Enfin, après le concert, on se retrouve souvent à beaucoup backstage. Je suis souvent déçu que ce soit fini. J'ai l'impression que l'on me vole le droit de m'exprimer. Mais ca ne m'empêche pas de faire la fête et de m'éclater !

Pour terminer, tu veux savoir si je me sens libre... Il est vrai que beaucoup de personnes dans ce milieu profitent de moi, mais on ne peut en faire une généralité. Et tous les contrats je les ai signé en connaissance de cause, alors j'assume. Mais sache que si j'avais envie de plaquer tout, je ne me générais pas. Mais ca ne risque pas d'arriver...

En espérant avoir bientôt de tes nouvelles, prend soin de toi,

Kurt.
         
         

Lili Mercadante

      Kurt,

Je suis si excitée d'avoir eu une lettre de toi. Ce soir, c'est promis, je mets ta lettre sous mon oreiller pour rêver à toi. J'aimerais te demander si la mode «grunge» ça vient de toi (je ne pense pas juste aux fringues).

J'aimerais aussi savoir si ça existe un public. À mon avis, c'est ridicule! Il me semble qu'il n'y a que des gens qui aiment un artiste et c'est gens-là c'est un mélange, qu'en dis-tu? Une autre petite chose. Tes parents ont-il été contents de ton succès? Et tes anciens amis d'avant la gloire? Jaloux, envieux?

Ma copine Jennifer Beaulieu est trop gênée pour te demander quel genre de femmes tu aimes, alors je lui ai dit que je trouvais la question un peu indiscrète et tordue mais que je la poserais en disant tout de même qu'elle n'était pas de moi.

C'est vraiment cool de te parler.

Lili Mercadante
         
         

Kurt Cobain

      Salut Lili,

Je tiens avant tout à m'excuser pour le retard avec lequel je répond à ta dernière lettre. Mais comme tu dois t'en douter, je suis rarement chez moi, et j'ai beaucoup de travail.

La mode "grunge" ? Ce n'est pas une mode, c'est même le contraire, et elle ne vient certainement pas de moi. C'est dans la région que le phénomène à commencé. Il avait d'ailleurs commencé bien avant Nirvana. On a d'abord dénommé "grunge" le nouveau mouvement musical punk-rock qui a démarré ici. Et c'est peut-être parce qu'on met tout le temps des vieux habits troués que le commerce en a profité pour lancer une mode. Mais ce n'est surement pas nous qui avons inové cette manière de s'habiller je te l'assure !

Je continue ta lettre, et tu me demande si je pense qu'il y a un public. Je crois que ma réponse est plus nuancée que la tienne. On peut sans doute apprécier n'importe quel style de musique, mais je crois que chaque style rassemble des gens qui ont plus ou moins un même style de pensée. Même si un style n'exclut pas un état d'esprit, je pense que la majorité d'un public vivent de façon fort semblable. Mais après, notre musique est fort ouverte, et je pense que nous touchons un public assez large.

En ce qui concerne mes amis, je ne vois plus trop mes copains d'il y a quelques années. Je n'en revois que très peu, je n'avais pas de toute façon beaucoup de grand amis. Mais le temps passe, et je n'aime pas trop me retourner, ce n'est pas bon pour moi.

Tu pourras dire à Jennifer que j'aime les femmes qui ne se laissent pas faire par les mecs, qui ont du caractère, et beaucoup d'humour. Mais surtout qui sachent m'écouter, et être là.

Voilà, j'espère que tu ne seras pas trop déçue de mes réponses, peut être un peu brève.

J'attend de tes nouvelles.
Kurt Cobain