Denis
écrit à

   


Cioran

     
   

Un ultime paradoxe

    Monsieur Cioran,

Philosophe, vous l'êtes, qui le niera? Pourtant je dois avouer, j'aime vous lire pour le mot plus que l'idée. J'aime cette expressivité, cette puissance au long de vos pages. Votre pensée, profonde, me questionne parfois. Pas systématiquement. Avez-vous cette réponse: pourquoi n'avez-vous jamais couché de poésie?

Denis

«Tout mon être n'aurait pas dû se rebiffer devant ce froid et impitoyable démantèlement du délire, devant ce réquisitoire contre le réflexe poétique le plus élémentaire, contre la raison d'être de la poésie. Le paradoxe de ma vie. E.M. cioran»