cbilleux2+csc.com
écrit à

   


Cioran

     
   

Quid de vos congénères?

    Cher Emil,

Depuis le temps que je vous lis... pouvoir vous poser une question est pour moi un grand privilège. Vous m'avez fait rire souvent. Je ne sais pas si c'était le but... mais je trouve votre sens du dérisoire, de l'ironie et de la tirade sans égal.

Bon, revenons à ma question... elle semblera sûrement dérisoire.

Avez-vous un jour aimé profondément quelqu'un? Pas un amour filial, ou un amour de compassion mais vraiment un amour passionnel, intellectuel et charnel...

Bien à vous, merci pour vos mots (même si j'ai égaré mon immense recueil de vos textes depuis quelque temps).

Et puis en espérant se (re)croiser,

Christophe


Cher Christophe,

«Lire Cioran et rire en se mouchant les orbites!» a déjà écrit l'un de mes lecteurs. Je ne sais si c'est l'âge, mais de faire rire me plait. Il n'y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain, disait Henri Bergson. L'art, le comique et l'ironie deviennent possibles là où se relâche l'urgence vitale, disait Vlad Jankélévitch. En fait, nous bricolons ce que nous pouvons devant l'incurable.

Simone Boué a été ma grande compagne à partir des années 50. Et nous nous sommes aimés toujours... quand même; et ce «quand même» couvre un infini. L'art d'aimer n'est-il pas savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d'une anémone. Ne me demandez pas aujourd'hui de trop écorcher cette discrétion. Certains pourraient croire, étant donné que je n'ai jamais parlé dans mes livres de ma compagne de vie et de son support généreux, que je n'étais pas un vrai écorché de la solitude. Ce serait bien mal connaître ce qu'est l'incontournable et fondamental isolement de l'être même dans la famille la plus intense. Qui n'a pas connu cet isolement, l'a tout simplement fui. J'ai écrit «aimer son prochain est chose inconcevable. Est-ce qu'on demande à un virus d'aimer un autre virus?», voilà pour vous dire mon inconfort face au grand mythe.

Je ne vous en souhaite pas moins le bouleversement des rencontres. Mais le charnel est à mon avis surestimé.

Mes respects

Emil C.