Tokto
écrit à

   


Cioran

     
   

Poursuivis par nos origines

    Bonjour,

Qu'entendez-vous quand vous dites que nous sommes tous poursuivis par nos origines?

Tokto


Cher Tokto,

Permettez-moi, comme je viens de le faire avec un autre correspondant, de m'excuser pour cette réponse tardive. Un voyage en Roumanie longuement retardé m'a éloigné plus longtemps que prévu. Je voulais aller régler quelques comptes avec les démons de mes origines justement. J'y ai réussi. Un peu. J'ai enfourché ma bicyclette et je me suis refait de la nouvelle Roumanie en mon âme et mon corps. Tout simplement.

Nos origines? On ne peut se départir de ce qui a été. Les origines sont donc en nous pour y rester. La vie s'accrétionne, rien ne se perd. Mais tout se crée aussi. Sur les origines, on se construit aussi une vie. Poursuivi? Oui, certains d'entre nous peinent à construire une nouvelle couche de vie suffisamment forte pour prendre le pas sur l'ancienne. Pour ma part, j'ai dû quitter la Roumanie pour respirer un peu. J'ai aussi châtié mes origines et les miens, et c'est moi-même que j'ai puni. Mais cette fuite des origines est aussi à la source de mon écriture. Écrire comme lutte pour dompter mes origines.

Quand nos origines nous poursuivent, nous pouvons donc construire autour ou les poursuivre à notre tour...

Mes respects.


Quelle a été l'incidence du «poux» sur votre vie?


Cher Tokto,

Ils me donnent le cafard... Et comme je l'ai déjà dit, le cafard est pour tous, il n'épargne pas les poux. Mon pessimisme s'assure ainsi d'être radical.

Cordialement,

E. M. Cioran