Aude Beauvallet
écrit à

   


Cioran

     
   

Compliments...

    Monsieur, Vous avez su donner à l'ironie amère ses plus belles pages. Je vous en remercie.

Au demeurant, faut-il toutefois renoncer à l'hypothèse de l'apaisement?

Quel apologiste de l'optimisme feriez-vous?



Madame,

Il faut sans doute renoncer à l'apaisement comme état possible mais pas aux passages apaisants. Pour ma part, la musique, la bicyclette, les cimetières, et quelques heures de sommeil, bien évidemment, m'ont apporté plus de réconfort que les réflexions philosophiques. La conscience du néant aussi m'a aidé à supporter le vide. Parfois le bonheur peut être très simple: ne pas penser à l'avenir. Et dans les épreuves cruciales, la cigarette nous est d'une aide plus efficace que les Évangiles.

L'optimisme? S'il n'est pas obligatoire déjà c'est un bon point mais de là à en être l'apologiste...

Mes respects

E. M. Cioran

Rue de l'Odéon