Retour en page d'accueil de Dialogus

A.A.
écrit à

Samuel de Champlain


Le Québec


   

Cher Samuel de Champlain,

Je suis un élève de Rochambeau et j'aimerais en savoir plus sur vous. En premier lieu, pourquoi avez-vous fondé le Québec? Aimiez-vous cet endroit? Avez-vous continué à fonder d'autres provinces après le Québec?

En deuxième lieu, aimiez-vous voyager? Le faisiez-vous pour le plaisir ou pour l'argent? Vouliez-vous déjà voyager étant petit? Ça devait être dur de voyager comme ça toute votre vie ou presque. Voyagiez-vous avec des membres de votre famille ou seul? 

Je vous remercie par avance de votre réponse!

Bien cordialement,

A.A.


Monsieur A.A,

En l'an 1608 nous accostâmes à Tadoussac et gagnâmes en barque la pointe de Québec près du Cap Diamant, appelé ainsi car nos prédécesseurs pensaient y trouver le précieux minerai. Nous construisîmes en ces lieux ce qui devint notre Habitation où nous pûmes passer l'hiver il est vrai non sans difficulté. Nous avions choisi cet endroit pour son emplacement stratégique aux abords de la Grande Rivière de Canada; de là où nous étions, nous pouvions apercevoir la moindre embarcation qui s'y engagerait et nous pouvions aussi être approvisionnés sans trop de mal.

Nous avons par la suite navigué dans les Pays d'en Haut, en Huronie et jusqu'à l'île de Montréal,  mais c'est principalement aux alentours de Québec que nous nous sommes réellement installés, notamment en construisant de nouvelles habitations aux alentours de notre première et une autre aux Trois-Rivières.

Je n'ai durant toute ma vie voyagé que pour obéir aux ordre de notre bon roi et servir mon royaume du mieux que je le pouvais, mettant aux services des miens mes talents. J'ai grandi au bord de l'océan, dans la province de Saintonge et de tout temps les navires ont accompagné mes ambitions. Je dois beaucoup à l'Oncle pour ce qui est de m'avoir appris à naviguer et à connaître la mer: sans lui je n'aurais jamais pu quitter la terre ferme ou bien y revenir. Je ne trouve point pénible de voyager comme je l'ai fait, car cela est ma vie et je ne crois pas qu'il aurait pu en être autrement.

Je voyageais accompagné de mes hommes et amis, notamment le Sieur du Pont si cher à mon cœur; de plus après mon mariage, il m'arriva de voyager jusqu'ici en compagnie de mon épouse Hélène Boullé et du frère de cette dernière. Mais elle s'ennuya fort en ces terres de Québec et ne vint plus jamais avec moi. Comme je ne pus jamais rester auprès d'elle.

Très humble & affectionné serviteur,

Samuel de Champlain

************************Fin de
        page************************