Retour en page d'accueil Dialogus

   

Audrey
écrit à

   


Jules César

   


Votre Majesté
 

    Honorable César!

Je m'appelle Audrey; j'ai tout juste dix-sept ans et je me souviens que, à l'école primaire où j'étais (j'avais alors dix ans et j'étais en second cycle), la maîtresse parlait beaucoup des Gaulois et des Romains. Je me souviens même que la maîtresse (les maîtres sont les précepteurs d'aujourd'hui et ils enseignent aux enfants) m'avait donné un livre où il était question des Gaulois, des Romains et autres, et que votre nom était dessus; mais je vous connaissais bien avant cela.

J'aimerais vous poser plusieurs questions.

J'ai lu les lettres de mes contemporains sur Dialogus. Pardonnez-moi si ma question peut paraître déplacée, mais pourquoi vous exprimez-vous à la troisième personne du singulier?

Quel âge avez-vous? À quoi ressemblez-vous physiquement? Quel est votre caractère?
 
Pourquoi avoir fait la guerre aux Gaulois? La maîtresse, je me souviens, n'avait pas dit pourquoi.

Êtes-vous marié?

Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui a des peurs?

De même, j'ai remarqué que l'on vous parle souvent d'Astérix et Obélix, les deux irréductibles Gaulois. Laissez-moi vous éclairer là-dessus: ce sont des personnages de B.D.; c'est pour cela que vous ne les connaissez pas. Les aventures d'Astérix et Obélix sont une série de bandes dessinées qui se passent justement dans votre temps et qui mettent en scène ces deux Gaulois et leur village que, dans la B.D., vous n'avez jamais réussi à dominer, car ses habitants ont un secret.

Je vous salue bien bas, César!

Audrey

P.-S.: Vous pouvez me tutoyer.

Ave, sapiens puella!

Gratias tibi ago! Je te remercie pour ta longue lettre qui me permet de comprendre beaucoup de choses. Mais, aussi, que de questions!

Oui, César écrit toujours à la troisième personne du singulier pour prendre avec son personnage la distance nécessaire et le faire exister objectivement. Parfois pourtant, quelques irruptions à la première personne -très rares- trahissent la présence de l'homme derrière le personnage.

César a cinquante-six ans en cette belle année 710 de Rome. Tu n'auras pas de mal à trouver dans la République une représentation de César, parfois un peu modifiée. Sur les plus fiables, on le reconnaît facilement: il est chauve. Quant au caractère, les amis de César le disent vaillant, loyal et indulgent; ses ennemis lui attribuent tous les défauts et les pires mœurs.

La guerre en Gaule commence, c'est vrai, comme une expédition lucrative qui permet à César de rembourser ses immenses dettes de carrière, mais, dès la deuxième année, il y voit l'occasion de construire et d'expérimenter la Cité nouvelle qu'il a en projet et cette guerre change alors de sens. C'est là, parmi les Gaulois, qu'il noue les plus solides amitiés avec ces officiers et ces peuples qui lui sont restés fidèles pendant la guerre civile, quand tant de Romains le trahissaient.

César a été marié, mais il vit en ce moment avec Cléopâtre qu'il peut ainsi facilement contrôler.

Enfin, la peur, César la connaît et il l'a vue traverser les rangs et se répandre sur des cohortes entières; il l'a vue reculer par l'action d'un ou deux hommes résolus. Le courage, ce n'est pas d'ignorer la peur, c'est de l'accepter et de continuer à avancer.

César te souhaite ce courage-là!

Vale!

Caius Iulius

Votre majesté,

Merci pour votre réponse qui fut si rapide. Eh bien! Vous ne devez pas être très occupé. Je m'excuse de mon impertinence dans ma dernière lettre; il faut dire que j'oublie souvent que je m'adresse à l'un des plus grands roi de Rome. Mais, je suis jeune comparée à vous. C'est normal que je sois un peu fougueuse; d'habitude, je suis plutôt timide et réservée. Je vous repose des questions.

Avez-vous des enfants? Si oui, quel est leur nom? Et quel est votre enfant préféré?

Avez-vous de la sagesse, enfin, je veux dire de la philosophie?

Sur ces questions, je vous laisse gouverner en paix vos sujets, je salue votre majesté et vous dis «À la prochaine!»

Audrey

Ave!

Oui, César a eu une fille, sa chère Julie, adorée de son mari, Pompée, et dont le décès en couches, voilà déjà dix ans, a provoqué l'éloignement, puis la discorde bien connue qui s'est achevée en une douloureuse guerre civile. Les mauvaises langues comme Cicéron attribuent aussi à César un fils de Cléopâtre qu'ils appellent Césarion; mais César sait que ce n'est pas son fils.

Quant à la sagesse, nul ne peut juger de la sienne et c'est à d'autres qu'il faut poser la question.

Vale!

Caius Iulius

Votre majesté,

Comme vous écrivez vite! J'ai reçu votre lettre ce matin, au lever du lit, après avoir déjeuné et m'être habillée. Vous êtes très matinal aujourd'hui: est-ce à cause de votre royauté?

C'est vrai: on ne sait guère si on est sage ou non. Vous avez cinquante-six ans? C'est l'âge de la sagesse, ça!

Permettez-moi: êtes-vous amoureux de Cléopâtre? Vous avez été marié, m'avez-vous dit dans la première lettre; mais qu'est devenue votre femme?

Connaissez-vous ou vous a-t-on parlé de l'année 2009, durant laquelle je vis?

«Vale» et «Ave», c'est romain; mais dites-moi, qu'est-ce que cela veut dire?

Sur ce, je vous laisse gouverner tranquille. Bonne matinée!

Audrey