Retour en page
                    d'accueil Dialogus

   

Marwa, Renaldi, Remy
écrivent à

   


Jules César

   


Toi et tes ambitions pour Césarion
 

   

2 avril 2013

Jules César,

Félicitations! Nous avons appris la naissance du petit Césarion et nous avons quelques questions à propos des ambitions que tu as pour ton fils. Tout le monde est curieux de savoir ce que tu vas lui léguer. Donc, dans le cadre d'un projet de cours de français pour les élèves de quatrième, nous t'écrivons cette lettre.

Quel sont tes projets pour ton fils? Cette question est peut être un peu vague. Pourquoi avoir choisi de l'appeler Césarion? Et qui a choisi ce prénom? Penses-tu avoir un jour une nouvelle relation avec quelqu'un d'autre que Cléopâtre? Penses-tu avoir fait les bons choix pour Césarion?

Nous attendons tes réponse avec impatience. Nous t'en remercions d'avance.


Cordialement,
 
Marwa , Renaldi et Remy


Ave,


C'est Cléopâtre qui prétend que cet enfant est de César, pensant tenir ainsi un moyen de faire pression sur lui. Pour César, qui veut faire entrer l'Égypte sous le joug romain, il n'est pas mauvais que la reine, qui est le seul homme politique d'Orient digne de ce nom, s'imagine que César n'a pas compris sa manœuvre. Bien évidemment un Iulius ne saurait reconnaître ni adopter l'enfant d'une étrangère, ni d'ailleurs de toute autre qu'une aristocrate romaine, comme il l'a fait au contraire pour le fils de sa très chère Servilia, son cher Brutus.

César n'est pas prêt de mourir, mais son testament est fait. Il y reconnaît deux fils, dont l'un du sang des Iulii, mais ce serait lui faire injure que d'imaginer qu'il adopte le bâtard d'une étrangère.


Vale!

Caius Iulius