Retour en page
                    d'accueil Dialogus

   

François-Xavier
écrit à

   


Jules César

   


  Renfort de l'armée
 

   

Demande de renfort

À monsieur Jules César,                                                         
de la Gaule, le 13 janvier 50 av. J.-C.


Monsieur,

Nous sommes en guerre comme vous le savez contre les Gaulois. Ils continuent à résister. Et nos hommes meurent les uns après autres par manque de nourriture et pendant les combats, mais l’adversaire résiste. Ils ont mis en place une muraille pour nous ralentir. Nous vous demandons aussi avec honte de nous aider à mettre en place une stratégie, car nous savons que c'est votre spécialité. La seule solution que nous avons trouvée est de les attaquer par le Nord, puis ensuite par le Sud pour qu’ils soient submergés. Et si cela ne suffit pas nous enverrons des hommes à l’Ouest pour en finir.

Notre dernière faveur, et la plus importante, est de vous demander de venir: cela nous ferait un très grand honneur et nous redonnerait de l'espoir pour vaincre nos ennemis, car vous leur inspirez une puissante crainte. Quant à nous, vous nous inspirez de la confiance et cela serait un très grand honneur pour nous de combattre à vos côtés pour étendre votre si beau et si grand pays.
En clair, nous voudrions que vous veniez sur le champ de bataille pour voir vos ennemis écrasés par votre puissance. Nous souhaitons aussi que vous nous envoyiez des hommes pour nous aider et en finir avec eux. Et enfin, nous aimerions recevoir de votre part des conseils de stratégie grâce auxquels nous les vaincrons.

Mes respectueuses salutations.   
                                                               
Général en chef de la légion 6.


Caius Iulius Caesar au prétendu légat de la VIe, salut,

Les Gaulois se battent depuis dix ans avec César et ils ont prouvé leur loyauté quand, au moment où tant de Romains, et non des moindres, ont trahi César, ils l'ont servi avec fidélité.

Quant à la VIe, César l'a passée en revue récemment en vue de sa prochaine guerre en pays parthe.

Vale