ludivine
écrit à

   


Jules César

     
   

Protection sociale

    Ave César,

Nous connaissons votre attachement à vos soldats. Pourriez-vous me dire si les légionnaires pouvaient prétendre à une «retraite» bien méritée, et au bout de combien d'années de services? Que devenaient les invalides de guerre? Existait-il un filet de protection sociale pour les aider, eux et leurs familles, en cas de malheurs?

Bien à vous.

Ludivine


Ave,

César ne connaît pas le sens des mots «protection sociale» et, en matière de filet, il ne connaît que celui des pêcheurs, des chasseurs ou des rétiaires.

César prend soin de ses soldats: après leurs seize ans de service, ils reçoivent leur Honesta Missio (congé de fin de service) et, s'ils ont bien servi, un lot de terres dans une colonie légionnaire. César veille aussi personnellement à ce que ses blessés soient bien soignés. Si le légionnaire aime César, c'est parce qu'il sait que la réciproque est vraie.

Vale

Caius Iulius