Thibaut
écrit à

   


Jules César

     
   

Philosophie stoïcienne 

    Fait à Caesarodunum, ad VIII Id Martius.

Ave César, Pontifex maximus, Dictateur à vie,

Je souhaiterais tout d'abord vous faire part de ma grande admiration. Votre talent en tant qu'homme politique, chef militaire et écrivain, force le respect de tous.

Je voudrais vous poser, si vous le permettez sachant que votre temps est précieux, quelques questions. Connaissant votre attachement à la culture grecque, j'aurais voulu savoir si la philosophie stoïcienne avait eu une part dans vos actions. Et si c'était le cas, si vous partagiez quelque peu la morale et les idées de Cicéron, votre contemporain.

J'aurais également voulu savoir si vous aviez réellement des ambitions monarchiques concernant la République. Car vingt siècles plus tard les érudits n'ont toujours pas tranché la question. Et enfin quelle est parmi vos décisions celle qui est à vos yeux la plus marquante.

Ô César, j'espère ne pas vous avoir trop importuné et vous fais part du respectueux salut d'un citoyen du XXIe siècle.

Thibaut


Ave,

César a été formé à la philosophie grecque et il a le plus grand respect pour cette pensée si diverse et si féconde.

Cela dit, César ne se reconnaît vraiment dans aucune école, si ce n'est, pour la conception du monde et des dieux, un peu dans la philosophie épicurienne. Quant à partager «la morale et les idées de Cicéron», encore eût-il fallu qu'il en eût! La vacuité de sa pensée, en politique comme en philosophie, ne laisse pas d'interroger: qu'est-ce qui lui prend d'écrire des traités ineptes, inférieurs en tout aux œuvres grecques qu'il plagie, alors que son talent d'orateur théorique est reconnu de tous? César va le voir parfois chez lui, pour le plaisir de la conversation; mais de là à lui attribuer une pensée philosophique, il y a un pas que nul esprit sensé ne franchirait à Rome.

Justement, le traité de Philodème sur le «bon roi» intéresse César, en tant que réflexion politique sur la cité, et cela a suffi à accréditer l'idée que César veut être roi: en effet, l'impopularité de ce titre à Rome permet aux ennemis de César de s'en servir contre lui. Non, César ne veut pas être roi mais il pense que la république municipale ne peut plus gouverner le monde et qu'il faut rénover l'imperium romanum pour l'adapter à sa dimension actuelle.

Vale.