Retour en page
                    d'accueil Dialogus

   

Pol
écrit à

   


Jules César

   


Patientia
 

   

* Quousque tandem abutere, julius, patientia nostra?
Quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet?
Quem ad finem, sese effrenata, iactabit audacia?

* Traduction proposée par l'équipe de Dialogus:

Jusques à quand, Julius, abuseras-tu de notre patience? Combien de temps encore ton délire furieux se jouera-t-il de nous? Vers quelle fin se jettera ton audace sans frein?


Ave, M. Tulli aemule,

**Quid uerbis minime celatis de Caesare scribere ausus es? Mortuo nunc Magno nomine, immo paruo adversus Caesarem, qualis esse putas qui imperatori dictatorique perpetuo talia minantia nec sine tibi ipsi periculo maximo ad Telae uentos iacis.

Inter senatores istam audiuit orationem Caesar nec Catilinae audacia tantis in Reipublicae tumultibus commotus. Quibus immodicis uerbis a consule Reipublicae dictis, deinde ciuem Romanum, immo Patrem, sine iudicio interfici, id est quod pati a Senatu PopuloQue Romano numquam potest.


Vale

Caius Iulius


** Traduction proposée par l'équipe de Dialogus:

Salut, émule de Marcus Tullius,

Qu'as-tu osé écrire à propos de César, avec des mots bien peu masqués? Le mort étant appelé Grand à présent, non, petit en face de César, quel homme crois-tu être, toi qui jettes aux vents de Téos de telles menaces envers le général en chef et dictateur à vie, non sans te mettre toi-même dans le plus grand danger?
 
C'est au milieu des sénateurs que César a écouté ce discours, plus bouleversé qu'il ne l'avait été par l'impudence de Catilina dans les tumultes de la République. Et ces paroles éhontées une fois prononcées par un consul de la République, qu'un citoyen romain, non, le Père (1) soit ensuite assassiné sans jugement, voilà ce qui ne saurait jamais être supporté par le SPQR (2).

Porte-toi bien!
 
(1) ce peut être le Père symbolique de la nation, ou le père (adoptif) de Brutus, puisque Brutus est l'assassin de César.
(2) SPQR (senatus populusque romanus, le sénat et le peuple romain, désigne la République).