Retour en page
                    d'accueil Dialogus

   

Amélia
écrit à

   


Jules César

   


Le moindre doute
 

   

Ave César,

Les récits de vos conquêtes sont parvenus jusqu'à nous et ont montré combien vous êtes un fin stratège et un guerrier avisé. Je m'interroge cependant: un général comme vous peut-il avoir une place pour le doute? Au moment de décider d'une action, d'une tactique, laissez-vous la moindre place au hasard? À la chance? N'avez-vous jamais hésité entre deux tactiques, entre deux décisions, en priant que celle enfin décidée fût la bonne?
Le général des armées romaines ne peut se permettre d'avoir une hésitation, mais qu'en est-il de l'homme?

Avec toutes mes salutations,

Amélia


Ave,

À Rhodes, César a appris dans sa jeunesse à peser le pour et le contre avant toute décision. Sa réflexion tactique est placée sous le signe du doute, fécond et source de progrès, efficace moyen de lutte contre cette «hybris» qui a perdu tant de tyrans grecs. En revanche, une fois prise la décision, César se lance tout entier dans l’action, en première ligne s'il le faut, et remet sa vie et le sort de ses armées entre les mains de Fortuna, sa seule divinité.

Vale

Caius Iuliu