Christophe
écrit à

   


Jules César

     
   

Es-tu déjà tombé amoureux?

   

 Ô César,

Je suis très content de pouvoir te parler et je pense que je ne réalise pas la chance que j’ai!

Je voudrais te poser quelques questions sur toi et sur tes conquêtes. J’espère que tu auras le temps d’y répondre malgré toutes tes obligations:

- Quelles informations générales te concernant pourrais-tu me communiquer (Identité, lieu de naissance…)? 
- Quelles sont tes ambitions politiques? 
- As-tu construit des monuments? À quels moments de ta vie? 
- Es-tu déjà tombé amoureux? Si oui, de qui? - Tout le monde sait que tu es un grand conquérant; quelle stratégie as-tu déployée, ou de quelle façon as-tu réussi à conquérir un si grand empire? 
-Je ne connais pas bien tes conquêtes (à part celle de la Gaule); quelles ont été les autres conquêtes importantes que tu as effectuées? 
- Quel genre de guerre a été la guerre des Gaules? Y as-tu rencontré plus de difficultés? 
- Est-ce vrai que les Belges sont les plus braves? 
- Je sais que vous avez gagné beaucoup de batailles! Mais comment réagissaient les soldats après une défaite?

Christophe


Ave,

César est abasourdi par le flot de tes questions et il va te répondre à son habitude, brièvement.

Il est né le 12 juillet 653 de Rome dans une famille aristocratique descendant de Iule, le fils d'Énée, par son père et, par sa mère Aurelia, des rois de Rome.

César n'a pas d'ambition pour lui mais pour Rome, dont il veut faire un empire, à la place de cette municipalité d'oligarques qui exploite le monde.

Sa seule conquête territoriale est l'immense Gaule, des Pyrénées des Aquitains au Rhin des Belges, les plus vaillants, qui ne le cèdent en bravoure qu'aux Germains. César croit -et il l'a écrit- que plus on est près des provinces romaines moins on est courageux: la civilisation fait du plus valeureux guerrier un jouisseur efféminé. C'est pourquoi César a forgé le cœur de ses légions pour faire d'elles un fabuleux outil de combat, lié à sa personne autant qu'à Rome et, dans nos rares insuccès, toujours provisoires: j'ai pu vérifier l'amour de mes soldats envers leur chef. C'est ainsi que César a pu parcourir le monde en vainqueur, quelles que soient les forces de l'ennemi dont les demi-victoires (Gergovie, Dyrrachium...) ont toujours été provisoires.

Oui, César a aimé fidèlement, Rome d'abord, son armée ensuite. Et il a aussi eu des maîtresses en grand nombre, hommes ou femmes disent les malveillants, mais Cléopâtre, venue à Rome avec lui, peut témoigner aujourd'hui de la valeur de son amant.

Vale!

Caius Iulius