Caroline
écrit à

   


Jules César

     
   

Avez-vous conquis Rome?

    Bonjour,

Je m'appelle Caroline. J'ai quatorze ans. Je suis en classe de quatrième à Notre-Dame le Ménimur à Vannes.

J'espère que vous pourrez répondre à mes questions. Je voudrais savoir si vous aviez conquis Rome. Comment avez-vous fait? Combien avez-vous de femmes? Comment organisez-vous les combats de gladiateurs? Que mangez-vous? Comment vous faites-vous obéir?

Je vous pose ces questions dans le cadre d'un projet de collège (Collège Notre-Dame le Ménimur).

Avec toutes mes sincères salutations.


Ave,

Que de questions! Les femmes Vénètes seraient-elles aussi curieuses que celles de Rome?

I) Non, César n'a pas conquis Rome; il a installé un nouvel ordre politique et, comme il a dépossédé le Sénat de ses privilèges, il ne s'est pas fait d'amis en son sein. Quand il s'est présenté devant Rome, voilà déjà cinq ans, César n'a pas trouvé d'opposition et n'a pas livré bataille: Pompée avait déjà fui vers la Grèce.

II) César n'a qu'une épouse à la fois et il a divorcé trois fois, comme beaucoup de Romains. Par ailleurs, on lui prête beaucoup de succès masculins et féminins, mais ce sont les racontars de la plèbe.

III) Pour les combats de gladiateurs, César fait comme tout le monde, il paye, fort cher, les lanistae et donne le plus grand nombre de paires possible: durant son édilité, par peur de ces hommes en armes, le Sénat a pris un décret pour limiter ce nombre, mais lors de son quintuple triomphe, César a pu se rattraper et en donner autant qu'il a voulu.

IV) César est très frugal et ne boit pas de vin; ses hôtes n'ont pas à se ruiner en mets de prix.

V) César n'a pas de recette pour se faire obéir. Parfois, il lui suffit de dire à ses hommes qu'il se passera d'eux et ils viennent le supplier de les amener avec lui. Une autre fois, il a traité ses légionnaires mutinés de vulgaires Quirites (civils) et, vexés, ils sont rentrés dans le rang. César répugne à punir mais il le fait parfois, sans état d'âme; il aime ses légionnaires et ils le savent.

Vale

Caius Iulius