Pourquoi
       

       
         
         

Marianne

      Pourquoi êtes-vous antisémite ?

Marianne

 

       

 

       

Louis-Ferdinand Céline

      Madame,

... Ferdinand! Du calme! ...Ferdinannnd!... Qu'il me glisse à l'écoutille mon Toto. Faut pas l'insulter le lecteur, Ferdinannnd! Faut le respecter. C'est lui qui étend ton beurre... Lui peut t'engueuler. Il paie et c'est réglo, même te cracher à la gueule, il peut. Tu ouvres le claque-merde en avalant ta ration, tu fermentes l'ordinaire et attends la digestion. Ça descend pas toujours fastoche, mais une fois bien rendue, moulue, broyée, évacuée, ça peut toujours aller... Ferdinannnd ! Tu vas finir par avoir des emmerdes, écoute-moi! Tu vas attirer l'attention, te mettre en boule et les questions y deviendront encore plus vaches à mesure que tu te trémousseras les arrières pour trouver des échappes. Dis comme eux pour une fois... Ferdinannnd! Avoues et repens-toi! Au moins fais comme si...C'est ce qu'ils désirent, ils le hurlent, avides, affamés d'auto-flagellation. Y peuvent pas comprendre que tu te bastonnes toujours, ils te croient hargneux, bilieux, r'leur, radoteur. Pourquoi tu te castagnes pour des trucs qui n'intéressent plus que les intellos? Passe à la moulinette une fois pour toute, ils finiront par se lasser comme pour les autres. Sois raisonnable. Penses-y, Ferdinannnd!... Fais ton examen. T'as une conscience foutre Dieu! Soupèse les avantages. Jauge les inconvénients... Et prépare une bafouille sympa qu'on offrira à la Nationale, tu seras dans les archives, répertorié, tamponné, blanchi et on te sortira des enfers, bravo! Puis voilà, tu seras à peu près pardonné et tu pourras retourner d'où tu viens... C'est plein d'attraits mon vieux comme suggestion, le Nobel posthume, le laurier sur ta tombe et même un fauteuil sous la coupole. C'est pour ton bien que je te cause Ferdinand!... Songes-y un peu, avant de te braquer et pisser seul dans ton coin... Ferdinannnd! ...

Remarquez qu'il n'a pas tort le Toto, dans un sens... Ça sert à quoi de s'évertuer à vous expliquer? Dites-le-moi, vous qui semblez tout connaître? Vous ne me demandez pas: êtes vous antisémite? Vous me demandez pourquoi je le suis?... Comme une évidence qui vous arrive des nues et Vlan! En pleine tronche. Alors, affaire classée! En ai rien à foutre de vos constatations. Qu'en savez-vous de ce que j'aime ou pas? Est-ce que je vous demande pourquoi vous buvez du pinard à mille balles le litre? Pourquoi les pauvres sont dans la dèche et les richards se fendent la gueule dans des bagnoles blindées? Pourquoi la curaille croient au Père Peinard et pourquoi vous n'aimez pas les Belges? Trop vioque et trop p'le pour me soucier des malheurs des autres, d'ailleurs ils ne le méritent pas.

Je serai franc. Elle m'emmerde votre question, voilà tout! Vous devez bien vous en douter puisque vous me l'avez giclé en pleine poire pour me foutre en rogne exprès. Pourquoi j'y répondrais, à votre foutue demande, si elle m'emmerde? Votre opinion est déjà bien façonnée, le cadavre dans l'armoire à viande, tordu, empaqueté, ficelé, prêt à expédier. Allez! Tous ensemble nom de Dieu! Amenez-vous on va emmerder Céline, on va s'éclater un coup et après on s'enfilera un petit rouge en rigolant. En causant de l'écume que ça fera partout sur ses papiers, ses pauvres bêtes apeurées, piteuses, jusque sous le plancher, ils ramperont dans la bave... Ah! Il doit être joli l'ordure de raciste, xénophobe, ségrégationniste à concocter sa merdouille dans son trou. Il va gerber toutes les saloperies du terroir et les jurons parigots... Répondre, dérailler, délirer, se défiler... Ah! Pourquoi, ils ne l'ont pas fusillé ce salaud? Lapidé ce pestiféré? Pourquoi ils l'ont laissé revenir, on ne le l'chera plus et cette fois on lui fera la peau.

Que je crache fiel et encre, n'importe quoi pour vous convaincre, pas la peine. Rien à en tirer, la tare est là, génétique, inscrite, encastrée, imprimée à jamais. Mes livres déjectent, forniquent dans la saleté des histoches que vous déformez selon les humeurs du moment, moralité choquée dans votre minable suffisance... Pareil pour le Voyage... Mort à Crédit, d'un livre l'autre vous me diffamez, m'accusant d'exhiber des répugnances...Que le peuple c'est pas souvent joli-joli et vaut mieux le laisser où il est le peuple, Passage Choiseul, caserne Rambouillet, usine Ford, Clichy... Mais surtout pas dans les bouquins, la populace. C'est surtout pas sa place.

39! Vous vous en foutez de ce qui pouvait arriver en 39, quelle importance qu'une guerre du passé, vous n'y étiez pas. Pour moi, une certitude cette guerre! Tout droit dedans on fonçait, elle allait éclater dans toute sa vacherie... 50 millions de morts! Pour vous? Une longue liste de noms inconnus, parfois y en a un qui sort et dicte la présence d'un spectre, la rumeur d'un souvenir, c'est tout et les pages tombent une à une comme les bombes sur Stalingrad, Varsovie, Londres, Saint-Malo, Dresde, Hambourg... 50 millions de morts! Vous vous rendez compte de l'amoncellement, de la montagne de viande au hachoir? À la bouffe, les asticots! Imaginez le carnage, rivière de sang et tout ça en même temps dans un même lieu ... Non ! Vous pouvez pas vous rendre compte, les images c'est rien madame, les mots non plus, du mou, du fricotin et de l'arnaque pour la romance. Il faut le vivre pour savoir, c'est comme la prison, tant qu'on y a pas été, on peut pas piger.

Et moi pour avoir voulu éviter ça, je ne suis qu'une pourriture d'antisémite collabo?... Allons donc! Ferdinand, saleté d'ordure, pourquoi y t'ont pas fusillé Ferdinand? Pourquoi y t'ont pas torturé pour te faire avouer qu'Himmler c'était ton mec et Goering, ce dégénéré, récitait des pages de Bagatelles...S'exciter avant de pieuter de belles Juives? ...Rien à dire! C'est tout à fait ça, bien ancré dans la légende. Céline? Un antisémite de la pire espèce, le maître à penser de l'Europe fasciste, c'est lui le maniganceur, fomenteur, comploteur, les a tous entraînés dans la danse de l'apocalypse. C'est éternel, les légendes, des racontades, faits divers qu'on amplifie pour effrayer les enfants et qui grossit, gonfle avec les années et ça devient tellement énorme que ça reste là, suspendu...Une enflure de la réalité qui devient vérité absolue sans qu'on demande le pourquoi, le comment et d'où ça vient. L'important c'est qu'elle est là et pour le reste, on s'en fout.

Comme si j'étais raciste et vous pas, le seul à écoper. Allez Ferdinand, écope! Tu sens mauvais, tu dégages, t'as le croupion qui suinte, tu pues l'antisémitisme... T'en as plus pour longtemps mon salaud, tu serviras à masquer les odeurs des autres... C'est tout décidé, tu n'y échapperas pas. Mais regardez autour de vous nom de Dieu! Vous êtes tous des racistes en puissance... Regardez vos guignols, chianterie en costar qui vous dirigent avec la démocratie à la gueule tel un furoncle, cul de poule ouvert à force de fienterie, peigne cul de la haute, jean foutre de la finance... Regardez-les voir, s'ils ne sont pas racistes... Laisser crever le chômedu dans la rue parce qu'il n'a pas de boulot, c'est pas du racisme ça? Foutre Dieu! Oh! Que non c'est pas du racisme! De l'économie! Voilà ce que c'est, de la misère organisée pour enrichir les profiteurs... Si t'es dans la courbe qui grimpe t'es au poil! Si t'es dans celle qui dégringole, t'es foutu! Pas besoin de camps, de miradors de clébards enragés pour être raciste... Pas obligé d'avoir été nazi pour être une ordure, il n'y a que ça autour de vous, des ordures qui s'emplissent le bide en laissant les autres claboter et en mettant le manque à Louis-Ferdinand Céline... Et eux? Les ordures! On les décore.

Ce n'est pas des explications qu'il vous faut, mais de la justification, un p'tit aveu de ma part qui vous ferait plaisir, vous déculpabiliser sur ma carcasse, car vous ne voulez pas l'admettre que votre époque est pareille à la mienne... Dégueulasse! Je suis bien pire qu'un écrivain maudit, un ange déchu... Vous me confondez avec votre mauvaise conscience. C'est parfois bien rigolo, mais la plupart du temps, complètement chiant.

Louis-Ferdinand Céline