Mathilde
écrit à

   

Cassandre
Cassandre

     
   

Votre vie en particulier

   

Le 10 février 2015                           

Bonjour  Cassandre,   

Je suis une fille de quatorze ans. Je m'appelle Mathilde et je viens du collège Marcel-Proust. Je suis une fan d'histoire depuis toute petite. Je ne connais pas toute votre histoire mais j'ai lu plein de lettres à votre sujet. Dans une de vos lettres il est dit que votre vrai prénom c'est Alexandra de Troie. Cassandre c'est votre surnom. Je vous ai choisie car vous semblez être une personne triste, désœuvrée et inutile: vous le dites dans vos lettres.

J'ai plusieurs questions à vous poser mais on va y aller tranquillement, je vous en pose déjà une: dans l'une de vos lettres vous dites que votre château a été attaqué. Quand vous avez vu les soldats grecs arriver devant vous, comment avez-vous réagi? Vous ne le dites pas et moi qui suis curieuse, je veux savoir comment ça s'est passé.

J'aurais tellement voulu être une princesse! Vous avez été princesse de Troie, il ne semble, avant que votre château ne brûle.

Eh oui, je connais toute votre vie!

Ça a dû être dur pour vous. On va parler d'autre chose, de vos enfants: ça c'est une chose que je n'ai pas comprise. Combien en avez-vous eu?
Votre relation familiale, vous n'en parlez jamais, ça me touche.                                                                                                                       

Êtes-vous encore mariée? Quand je serai grande je voudrais avoir un mari, mais bon, je suis trop jeune. Et vous, quel âge avez-vous?

Voilà, j'ai fini cette longue lettre qui m'aidera à y voir plus clair sur vous, car vous semblez être une personne formidable.

Je vous laisse,

Au revoir et peut-être à bientôt!                                                 

Mathilde


Paix et joie sur ta maison, ma sœur!

Je suis née quelques instants avant mon jumeau et mes parents nous ont appelés Alexandra et Alexandre. Au moment de ma naissance, j'ai eu ma première vision du futur et je l'ai transmise à ma mère qui accouchait: Troie en flammes et pire, le responsable, Alexandre, ce bébé encore logé dans son ventre. Les Haut-Prêtres de Troie furent formels: Alexandre causerait la destruction ultime de Troie et devait périr. Cette nuit-là, il a été abandonné dans la montagne. Par la suite, ma mère ne trouva plus le courage de m'appeler Alexandra, car ce nom lui rappelait trop son enfant perdu. Elle me surnomma Cassandre, d'après le nom d'une amie d'enfance lorsqu'elle vivait en Thrace.

La nuit où les guerriers achéens ont envahi les rues de ma ville, tuant, violant, pillant et brûlant tout sur leur passage, fut certainement l'une des pires de ma vie. Tristement, elle est en compétition avec de nombreuses autres journées horribles. Cela faisait dix ans que notre cité était assiégée. Dix ans de privations, de mort et de peur. La terreur était notre lot quotidien depuis si longtemps et pourtant, nous n'étions pas préparés à connaître le paroxysme de l'horreur. Dans la panique, j'ai fui avec d'autres femmes et nous nous sommes réfugiées dans le temple de Minerve-Athéna. Les femmes en pleurs suppliaient la déesse de les protéger. Je suppliais aussi et pourtant, j'avais déjà eu la vision du cauchemar qui m'attendait et je me trouvais à l'endroit précis où il se produirait. Je suis restée là tout de même, au pied de la statue, dans l'attente de mon violeur, car il n'y avait nul endroit où fuir. Nous nous trouvions au point le plus haut de la cité et seuls les immortels pouvaient nous venir en aide. Ils n'en ont rien fait.

J'étais la fille du roi Priam et de la reine Hécube de Troie et donc oui, j'étais une princesse, et jusqu'à ma puberté j'ai vécu dans le palais royal. Il faut avoir visité d'autres citadelles pour comprendre à quel point Troie était riche et luxueuse. C'est ce qui a attiré l'envahisseur en fin de compte, alors n'envie pas trop ma situation.

Après ma puberté, je suis entrée au service d'Apollon et après quelques années de noviciat, j'ai prononcé mes vœux définitifs. Je suis donc prêtresse d'Apollon avant tout. Je ne me suis jamais mariée, car la prêtrise exige le célibat, mais j'ai eu deux enfants, des jumeaux. Je ne les ai jamais vus. Après la guerre, je suis devenue la possession d'un roi nommé Agamemnon. Il m'a violée et je suis tombée enceinte. J'ai haï chaque instant de cette grossesse et je ne me suis pas souciée du sort des bébés. Ils ont été emportés après mon accouchement, c'est tout ce que je sais.

Parfois j'ai l'impression d'avoir cent ans. En réalité, je dois avoir une trentaine d'années. J'ai un peu perdu le compte. La seule fenêtre de ma geôle ne me laisse voir qu'une portion de ciel et je n'arrive pas même à différencier les saisons qui passent.

J'espère avoir répondu à toutes tes questions!

Cassandre, née Alexandra