Retour en page d'accueil de Dialogus

Laura
écrit à

Rose DeWitt Bukater


Votre vie avant et après le naufrage


   

Bonjour à vous Rose,

Je m'appelle Laura et je peux vous dire que je suis très heureuse de pouvoir vous parler. Étant une grande fan du film «Titanic» où l'on parle principalement de vous, j'ai plusieurs questions à vous poser. Est-ce que vous pouvez me retracer votre vie de votre naissance à l'embarquement du Titanic? Si ça ne vous dérange pas bien sûr...

Ça m'intéresse vraiment de savoir comment les choses se sont déroulées, comment vous avez rencontré votre ex-futur fiancé Caledon Hockley, et si vous aviez déjà eu des sentiments pour lui! Enfin, j'aimerais bien connaître votre vie avant d'embarquer sur le Titanic car, dans le film, on ne voit que le moment où vous êtes dans le bateau.

Comment a été votre vie après le Titanic, votre amant étant décédé, et Cal s'étant suicidé? Je sais que vous vous êtes mariée à un dénommé Calvert, mais pouvez-vous donner plus de détails sur votre vie après? Vos enfants, vos métiers et tout ce qui suit...

Et une dernière question, est-ce que le vrai Caledon Hockley ressemble à celui du film qui est Billy Zane? Parce que je le trouve plutôt bel homme, même un poil plus beau que Jack. Mais ce n'est que mon avis!

En tout cas, merci à vous. Si vous me répondez, je serai très heureuse.

Merci et bonne journée Rose,

Laura


Ceddar Rapids, 22 juin 1955

Ma chère Laura,

En lisant votre courrier, de nombreux souvenirs ont refait surface dans ma mémoire. Cela m'a quelque peu bouleversée, je ne vous le cache point. Je vais tâcher de ne pas faire de ma lettre un roman aux multiples pages mais de répondre au mieux à vos questions en étant brève mais précise.

J'ai passé la majeure partie de mon enfance à appliquer les règles de bonne conduite qu'on m'inculquait chaque jour. Étant enfant unique, il était important pour mes parents d'avoir une fille bien élevée avec une éducation solide. Je suis née dans une famille très respectée et donc, on ne m'accordait aucun faux pas. J'adorais mon père, nous partagions le même intérêt pour l'art. Nous pouvions passer des heures devant une toile à essayer de relater son histoire sans nous lasser. Sa mort en 1911 m'a beaucoup affectée et, malheureusement, son addiction au jeu a laissé à ma mère de lourdes dettes.

Grâce à notre rang, elle avait beaucoup de relations haut placées et c'est là que Caledon Hockley intervient dans ma vie. Fils d'un magnat de la finance, c'est en toute logique que ma mère fit appel à lui pour renflouer notre patrimoine. Lorsqu'elle l'a vu pour la première fois, cela fut une révélation: cet homme serait mon mari. Seulement, je n'étais nullement intéressée par Cal: il avait le double de mon âge et n'était point l'image de l'époux que je me faisais. Mais, au fil des mois, ses visites se faisaient régulières, il prêtait davantage attention à ma personne et je me suis laissée séduire, ce qui a fait le bonheur de ma mère qui a très vite organisé nos fiançailles. Elle voulait qu'on s'unisse à Philadelphie et Cal nous a fait profiter du voyage inaugural du Titanic pour nous y rendre.

Le 10 avril 1912, j'embarque donc sur le paquebot le plus luxueux du monde bien que, personnellement, il me laissât complètement indifférente: j'étais habituée à voyager aisément. J'y fis la connaissance de Jack Dawson, un passager de troisième classe, qui m'a sauvé la vie un soir où, lors d'un interminable dîner dans la salle à manger des premières classes, je me suis rendue compte que je n'étais pas maîtresse de mon destin et où, par désespoir, j'ai cherché à attenter à mes jours. Je me suis liée d'amitié avec cet homme et j'ai découvert en lui quelqu'un qui aimait la vie, qui profitait de chaque instant et qui, surtout, était libre. Il m'a ouvert les yeux sur ce que serait mon existence si je me mariais avec Cal et j'ai eu le courage d'y renoncer car je me suis mise à éprouver un réel attachement pour Jack et cela fut réciproque. À l'arrivée du bateau, je voulais m'enfuir avec lui et savourer une liberté longtemps désirée. Malheureusement, le Titanic fit naufrage et Jack sacrifia sa vie pour que je vive la mienne. Le 15 avril 1912, je devins Rose Dawson en hommage à l'homme qui fut mon sauveur et que j'ai aimé intensément pendant cette traversée.

Ayant renié mon héritage et ma famille, je me retrouvais seule à New-York et pouvait emprunter un nouveau chemin. J'ai débuté comme figurante dans des pièces de théâtre, je prenais plaisir à jouer. C'était un sentiment de liberté. En 1920, je rencontrai l'homme qui deviendra mon mari un an plus tard: John Calvert. Je ne sais encore si c'est mon imagination qui me jouait des tours mais il ressemblait étrangement à Jack, non par ses traits mais par sa personnalité et j'en déduis à présent que c'est cela qui m'a attirée chez lui. Nous sommes partis vivre à Ceddar Rapids où nous avons eu deux enfants, un garçon et une fille. J'étais heureuse à ses côtés. Il était un mari attentionné et un père remarquable. Je l'ai sincèrement pleuré quand il est décédé le 1er octobre 1949. Il n'a jamais su qui j'étais vraiment et je ne lui ai jamais parlé de Jack, par respect pour ses sentiments à mon égard. À présent, je vis toujours dans notre modeste maison dans l'Iowa. Mes enfants sont indépendants et mènent leur vie. D'ailleurs, j'ai accueilli la naissance de ma petite-fille Lizzie qui a fait de moi une heureuse grand-mère. Je n'oublie rien de mon passé, mais je vis avec et je tiens ma parole face à la promesse que j'ai faite à Jack il y a quarante-trois ans: ne jamais abandonner.

Quant à Cal, je ne l'ai jamais revu depuis le naufrage mais j'ai appris par la presse qu'il s'est suicidé en 1929, suite au krach financier qui l'a ruiné et qu'il n'a pas supporté. Il était marié et avait des enfants.

Voilà, ma chère Laura, j'espère avoir été à la hauteur de vos attentes dans mes réponses.

Je vous salue chaleureusement et vous dis à très bientôt si vous avez encore de la curiosité à assouvir,

Rose



Chère Rose,

Je suis très honorée que vous m'ayez répondu aussi vite. Merci à vous de me prêter attention.

J'ai d'autres questions. Comme vous avez pu le voir, je suis très curieuse. Et je vous remercie de m'avoir donné autant de détails sur votre vie. Est-ce que vous aviez déjà eu des sentiments pour votre fiancé, Caledon Hockley? Et lui pour vous? Et comment a t-il réussi à vous séduire, sachant que vous aviez découvert son vrai visage pendant le voyage du Titanic? Puis, comment imaginez-vous votre vie si le Titanic n'avait jamais fait naufrage et si Jack Dawson n'avait jamais croisé votre destin? Vous seriez sûrement avec Cal...

Et une dernière question, qu'avez-vous ressenti, le lendemain de la fête en troisième classe, quand vous preniez le petit-déjeuner avec Cal et qu'il vous a en quelque sorte, montré que c'est lui le «maître» de votre destin et que vous deviez devenir sa femme obligatoirement?

Je suis désolée de tous ces questions mais j'espère sincèrement que vous prendrez le temps d'y répondre.

Merci à vous, chère Rose.

Laura.


Chère Laura,

Je suis ravie de correspondre avec vous et c'est un plaisir de répondre à vos interrogations.

Il faut que vous sachiez que la toute première fois que j'ai rencontré Cal, je n'étais qu'une petite fille âgée de dix années et lui était un tout jeune homme de vingt-trois ans. Aucun de nous deux n'éprouvait le moindre intérêt l'un pour l'autre. Cal venait uniquement à la maison pour faire des négociations avec mon père. Puis, je suis devenue une jeune femme et au fur et à mesure de ses visites, Cal posait un regard nouveau sur moi. Même quand mon père est décédé, il a continué à nous rendre des visites régulières à ma mère et moi. Il n'était pas rare qu'il m'offre de petits présents. Je me suis laissée séduire par cet homme, je le trouvais attentionné et prévenant. Il serait faux de vous dire que je n'ai rien éprouvé pour lui! Mais tout cela s'est estompé quand j'ai fait la connaissance de Jack. Grâce à lui et comme vous l'avez si bien dit dans votre courrier, j'ai découvert le véritable visage de l'homme avec qui j'étais fiancée. J'ai compris qu'en l'épousant, je ne serais plus Rose Dewitt Bukater mais juste la femme de Caledon Hockley. Il voulait prendre possession de ma vie et la mener comme il l'entendait. Oui, malheureusement pour moi, si je n'avais pas rencontré Jack et si la tragédie n'avait pas eu lieu, j'aurais débarqué à New-York où nous serions partis pour Philadelphie. Je serais devenue Madame Hockley et j'aurais été malheureuse toute ma vie car je n'aurais jamais eu l'audace de tout quitter pour voler de mes propres ailes. Si, aujourd'hui, j'ai pu vivre pleinement et selon ma propre vision des choses, je le dois à Jack Dawson éternellement.

Je vous salue chaleureusement ma chère Laura.

Au plaisir de vous lire prochainement,

Rose


Bonjour Rose,

Merci encore de m'avoir répondu. Cela m'a permis d'y voir plus clair dans votre relation avec Cal. J'avoue qu'en premier lieu, il ressemble plutôt à un gentleman mais, derrière ce visage séduisant, se cache un homme manipulateur. Et cela, nous aussi nous ne le découvrons qu'au milieu du film... Quel genre de conversations pouviez-vous avoir avec Cal, par exemple quand vous n'aviez que seize ans, et lui vingt-neuf? Car vous n'étiez encore qu'une jeune adolescente, et lui déjà un adulte...

Puis, si ce n'est pas trop intime, quels sont les prénoms et dates de naissances de vos deux enfants? Puis, votre petite-fille, Lizzie Calvert, est-elle l'enfant de votre fille ou de votre fils?

Au plaisir de vous relire, à bientôt!

Laura


Chère Laura,

Veuillez me pardonner ce long délai entre votre précédent courrier et ma réponse à celui-ci. J'ai été assez occupée ces derniers temps et j'ai quelque peu délaissé mes correspondances.

Ce n'est qu'après la perte de mon père que Cal s'est intéressé à ma personne. Auparavant, nous avions très peu de dialogue: sa présence dans notre luxueux domaine n'était dûe qu’à un intérêt financier. Il faut que vous sachiez que mon père était un joueur inconditionnel et, à sa mort, ma mère et moi n'avons hérité que de lourdes dettes qui nous ont ruinées. Mère était honteuse de devoir s'abaisser à un rang inférieur. C'est donc elle qui a renoué avec Cal afin qu'il me séduise et m'épouse, pour que notre patrimoine puisse être renfloué et conservé. Lors de sa parade amoureuse, tel un paon, Cal me parlait donc de son parcours personnel et professionnel, tout en me gratifiant de quelques compliments entre deux récits. À cette période, j'ignorais tout du marché conclu entre ma mère et lui.

Quant à mes enfants, je leur ai donné à tous deux les prénoms de personnes qui ont marqués ma vie. Mon fils, l’ainé, se nomme donc Jack James Calvert en hommage à Jack Dawson, mon sauveur et James Dewitt-Bukater, mon père. Ma fille, la cadette, se nomme Cora Trudy Calvert en hommage à Cora Cartmell, une petite passagère de 3e classe qui était la cavalière de danse de Jack (elle non plus n'a pas survécu au naufrage, ce n'était qu'une enfant) et Trudy, en l'honneur de ma gouvernante et amie, Trudy Bolt, qui a également perdu la vie ce 15 avril 1912. Ma petite-fille Lizzie -diminutif du prénom Elizabeth- est, quant à elle, le premier enfant de mon garçon.

J'espère vous avoir apporté un peu d'éclaircissement dans mes réponses. N'hésitez pas à me réécrire si vous en éprouvez le besoin.

Affectueusement,

Rose



Chère Rose,

Merci encore de m'avoir répondu; ne vous inquiétez pas pour le temps, l'essentiel est que j'aie eu votre réponse.

J'ai encore quelques questions à vous poser: qu'avez-vous ressenti au moment où Cal vous a dit: «Ma fiancée, ma-ma fiancée, oui vous l'êtes et ma femme!», et où il a renversé la table du petit-déjeuner sur le pont-promenade privé. J'ai vu que vous aviez eu peur, mais qu'est-ce qui se passait à ce moment-là au fond de vous? Et pourquoi pensez-vous que Cal ait réagit comme cela? Parce qu'il vous aimait? Et qu'il était jaloux?

Ah oui, j'allais oublier. À l'époque, ce n'était pas aussi «grave» qu'aujourd'hui la relation d'une jeune adolescente de dix-sept ans avec un jeune homme comme Cal qui atteint la trentaine?

Et une petite dernière: comment trouviez-vous Cal à l'époque? Séduisant?


Merci encore de vos futures réponses et de passer du temps à me répondre.

Laura



Chère Laura,

Effectivement, lors de la traversée du Titanic, Cal et moi avons eu une altercation durant le petit-déjeuner en raison de mon comportement de la veille. Jack avait été convié par Cal à notre dîner dans la grande salle à manger en guise de remerciement pour m'avoir sauvé la vie puis, quand les hommes ont délaissé leurs épouses pour aller prendre un éternel Brandy, Jack m'a proposé de le rejoindre dans l'entrepont des troisièmes classes et m'a menée dans une soirée où jamais je ne m'étais autant divertie! Nous avons dansé, nous avons ri ensemble et au final, j'ai retrouvé Cal assez tardivement. Voici la raison pour laquelle ce matin là, je m'étais fait sermonner assez violemment. Selon sa vision des choses, il était inacceptable qu'une femme de mon rang sur le point de s'engager puisse se distraire de cette façon sans le consentement de son futur mari et il a menacé d'annuler le mariage si je ne me reprenais pas en main. Je pense que sa réaction a été dûe au fait que Cal avait, jusqu'à présent, toujours eu de l'emprise sur les personnes qu'il côtoyait; en voyant celle qu'il croyait avoir pour moi lui échapper, il a pris peur et ne savait plus comment se canaliser. Je ne peux vous dire s'il éprouvait des sentiments amoureux à mon égard. Peut-être qu'il m'aimait mais à sa façon...

Quant à la relation que j'avais avec lui, elle n'était point malsaine mais c'était surtout un arrangement conclu entre Mère et Cal. Il avait une très bonne situation et pouvait donc m'assurer un avenir prometteur. Nous pouvons donc parler d'une relation arrangée qui ne me plaisait nullement mais je ne pouvais affronter ma mère à l'époque. Cal était un bel homme, il serait mentir de dire le contraire mais je n'ai jamais vraiment éprouvé un réel attachement pour sa personne.

Affectueusement,

Rose


Chère Rose,

Votre réponse m'a été des plus claires, vraiment! Merci de passer du temps à me répondre, je vous avoue que je suis incroyablement attachée à votre histoire et au film de James Cameron.

Sinon, par rapport à cette altercation entre vous et Cal, je n'ai pas toujours compris le sens de la phrase qu'il vous a dite: «et si vous ne l'êtes pas légalement, alors vous allez me faire honneur». Qu'est-ce que cela voulait dire, que «vous ne l'êtes pas légalement»? Que vous n'étiez pas encore mariés légalement? Et est-ce que Cal et vous faisiez chambre à part? Et lui, a-t-il eu d'autres femmes dans sa vie avant vous?

Et une petite dernière: est-ce que Cal Hockley, celui que vous avez connu, ressemble à Billy Zane, l'acteur?

Merci beaucoup encore une fois.

Laura.


Chère Laura,

Veuillez excuser mon retard mais nombreuses sont les personnes qui m'écrivent et à qui je me dois de répondre également.

Cal avait raison dans ses propos: je n'étais pas sa femme légalement mais juste sa fiancée. Les fiançailles demeurent une promesse de mariage et cela reste un futur engagement. Nous faisions donc chambre à part bien que, sur le Titanic, Cal m'ait fait comprendre à plusieurs reprises qu'il espérait que je le rejoigne dans sa chambre, une fois la nuit tombée. Bien entendu, il m'aura souvent attendue mais en vain! Quant à ses éventuelles relations amoureuses antérieures à notre rencontre, Cal est toujours resté discret à ce sujet.

J'ignore qui est ce Billy Zane dont vous me parlez et je n'ai pas le souvenir que Cal ait évoqué cette personne dans nos échanges. Je ne peux donc vous affirmer s'ils avaient quelconques traits de ressemblance par contre je suis capable de vous décrire Cal tel que je l'ai connu il y a de cela de nombreuses années en arrière: ses cheveux noirs faisaient ressortir parfaitement ses yeux verts, il portait une fine moustache et était toujours bien habillé.

Affectueusement,

Rose



Chère Rose,

Ne vous inquiétez, je vous comprends tout à fait.

Je ne savais pas que Cal voulait que vous le rejoigniez dans sa chambre! Cela veut dire qu'il voulait le faire avec vous? Avant le mariage? Alors qu'il est important qu'une femme reste vierge jusqu'au mariage, non? En tout cas vous avez bien fait... Mais qu'est-ce qu'il vous disait, comment avez-vous compris qu'il voulait entretenir un rapport avec vous ?

Et aussi, sur le Carpathia, il y a eu un dialogue entre vous et Cal non? Vous a t-il reconnue? Car j'ai trouvé ceci:

«Cal traverse le pont d'un côté à l'autre, déjà repéré par Rose. Il la reconnaît et s'approche, effrayé par le regard hostile qu'elle lui adresse:
- Oui, je suis vivante. Comme c'est embarrassant pour vous!
- Rose... votre mère et moi nous vous avons cherchée et...
Elle l'interrompt en pointant un doigt sur lui:
- Non! Ne parlez pas! Écoutez! Nous allons faire une affaire, puisque c'est tout ce que vous comprenez. À partir de ce moment vous n'existez plus pour moi, et moi de même pour vous... Vous ne me reverrez pas... Et vous ne me trouverez pas non plus! En échange, je garderai le silence. Vos gestes de la nuit dernière ne perceront jamais au jour et vous resterez un gentleman et garderez cet honneur que vous avez pourchassé l'autre nuit.
Son regard incrédule la laisse froide:
- Dois-je mettre les points sur les «i»?
Après un long moment, il demande:
- Que dois-je dire à votre mère?
- Dites-lui que sa fille est morte sur le Titanic.
Puis elle tire sur la couverture d'une matière grossière pour recouvrir ses cheveux, ne voulant pas parler davantage et être reconnue par d'autres passagers. Elle est décidée à ne pas reprendre sa vie d'antan. Il la regarde pensivement puis avoue:
- Vous m'êtes précieuse, Rose...
- Les bijoux sont précieux. Adieu, monsieur Hockley.
À sa manière bien à lui, il l'aime profondément, mais il est trop tard.»



Chère Laura,

Votre lettre m'a quelque peu décontenancée quand mes yeux ont parcouru, au mot près, l'échange que Cal et moi avons eu à bord du Carpathia. D'où tenez-vous ces informations?

Certes, ce dialogue a bien eu lieu mais pour moi, c'est comme s'il n'avait jamais existé! C'est d'ailleurs pour cela que je maintiens fermement que je n'ai plus jamais revu Cal après cette terrible nuit car, quand il s'est adressé à moi à ce moment précis, je n'étais déjà plus Rose Dewitt-Bukater mais Rose Dawson et, pour elle, il n'était qu'un parfait inconnu et celle qu'il recherchait avait péri quelques heures plus tôt dans le naufrage du Titanic.

Avec toute mon affection,

Rose


Chère Rose,

J’ai trouvé ces informations sur le web. En tout cas, vous avez bien fait de refuser les avances de Cal!

************************Fin de page************************