Retour en page d'accueil de Dialogus

Linsay
écrit à

Rose DeWitt Bukater


Mieux vous connaître (2)


   

Chère Rose,

Je voudrais commencer par vous dire que vous êtes une femme que j’admire énormément; vous avez du courage à n’en point douter. Un espoir que je ne saurais décrire. Vous m’avez tellement appris, votre histoire m’a fait acquérir des choses que ne connaissais point. Votre histoire m’a touchée. Elle est tellement belle et triste à la fois. Vous m’avez emmenée dans votre long périple. Vous êtes une personne remplie d’audace et de ténacité. Vous m’avez fait découvrir votre histoire, votre vie. C’est pourquoi, j’aimerais vous poser quelque questions afin d’en savoir plus sur votre vie fascinante!

Pour commencer, quel est l’instant où vous avez su que Jack était l’homme de votre vie? Je trouve incroyable que, en si peu de temps, vous avez su ressentir des sentiments sincères et forts. Avec tout le temps qui vous sépare de ce terrible accident, vous ne l’avez point oublié.
 
Est-ce que vous vous rappelez la première fois où vos lèvres se sont posés sur les siennes? Je pense que ce moment a été intense pour vous, c’est pourquoi je vous le demande.

Quel est le moment où la crainte de fréquenter Jack a disparu? N’avez-vous point eu peur des représailles? Par vous j’entends, votre mère ou Cal.

Certaines personnes vous ont posé la question: «Est-ce que vous auriez préféré mourir la nuit du naufrage plutôt que de continuer à vivre sans Jack?» Vous avez répondu que vous auriez pu mourir, mais que Jack vous avait vous avez fait une promesse, que d’ailleurs vous avez su tenir. Si Jack ne vous avait pas fait tenir la promesse de continuer à vivre sans lui, quel choix auriez-vous fait sans cette promesse, rejoindre Jack ou ne rien changer de votre vie aujourd’hui?

J’aimerais vous poser enfin deux dernières questions qui me trottaient dans la tête. Vos enfants savent-ils votre histoire avec Jack? La première fois que vous avez embrassé, Jack était-ce aussi fort que votre mari?

Si mes questions vous semblent trop indiscrètes, je voudrais m’excuser; ne vous forcez point de m'y répondre. Je m’imagine en vous et si vous écrire m’était obligé.

Merci de m’avoir fait voyager dans votre histoire.

Avec toute mon affection,

Lindsay


Chère Lindsay,

Tout d'abord, je vous adresse un grand merci pour votre lettre si touchante à mon égard. J'ai été très émue en la lisant. Elle a fait remonter beaucoup de souvenirs que j'avais gardés bien en moi. Afin de répondre clairement à vos nombreuses questions, je vais les reprendre une à une. J'ai déjà utilisé cette méthode dans de précédents courriers et je trouve que c'est beaucoup plus simple et organisé. Ainsi, je ne risque pas d'oublier une question ou de tout mélanger...

Je commence!

«Quel est l’instant où j'ai su que Jack était l’homme de ma vie?» Je ne sais pas trop comment l'expliquer, mais dès que Jack s'est ouvert à moi par rapport à son vécu, j'ai été bouleversée. Moi qui ne connaissais rien de son monde, je n'aurais jamais imaginé que la vie était si dure pour lui. Je me suis sentie un peu mal à l'aise en me retrouvant face à lui avec mes beaux vêtements et mes airs d'enfant gâtée. C'est là que j'ai réalisé mon attirance pour lui. Il m'a touchée en plein cœur, il était libre, il aimait sa façon de vivre malgré la tristesse de celle-ci.


«Est-ce que je me rappelle de la première fois où mes lèvres se sont posées sur les siennes?» Comment oublier? Ce fut un moment fort en sentiments. Pourtant, j'avais un peu pris mes distances avec Jack auparavant, car je trouvais que notre rapprochement était malsain. J'étais fiancée et j'appréhendais les rumeurs que les passagers pouvaient rapporter à Cal ou à ma mère. De plus, ma mère m'avait formellement interdit de revoir Jack afin que je ne puisse pas ternir notre réputation de «gens biens». Mais ce soir-là, je m'étais énormément remise en question et j'ai compris que le mode de vie qu'on m'infligeait ne me satisfaisait point. Je voulais vivre ma propre vie sans que personne ne me dise comment je devais me comporter! Je me suis donc mise à la recherche de Jack et après de longues minutes, je l'ai finalement retrouvé accoudé à la rambarde située à l'avant du Titanic. Je lui ai fait part de ma décision définitive concernant ma vie. Il ne m'a pas laissé le temps d'en dire davantage et m'a demandé de lui tendre ma main tout en fermant mes yeux. Intriguée, j'ai malgré tout obéi et il m'a fait monter sur la balustrade. Il s'est placé derrière moi et a posé ses mains autour de ma taille. Puis, il m'a autorisé à ouvrir mes yeux et là, ce fut magique! J'étais face au vent, face à l'océan. Je me sentais libre et j'avais la sensation de voler! Jack a approché sa bouche de mon oreille et il s'est mis à chantonner la chanson de Joséphine. Là, tout s'est enchaîné et j'ai laissé mon cœur me guider. C'est à cet instant précis que nous avons échangé notre premier baiser.

«Quel est le moment où la crainte de fréquenter Jack a disparu? Est-ce que j'ai eu peur des représailles?» Mon premier baiser avec Jack a été l'élément déclencheur en moi. C'est comme s'il avait désormais scellé ma vie à celle de Jack. J'étais devenue une nouvelle Rose, celle que j'avais toujours voulu être. Je me sentais forte et prête à affronter mon monde, en particulier ma mère et Cal. Alors non, je n'ai pas eu peur des représailles. Je me fichais de ce que les gens pouvaient penser, je n'écoutais que mon cœur.

«Si Jack ne m'avait pas fait tenir la promesse de continuer à vivre sans lui, quel choix aurais-je fait? Le rejoindre ou ne rien changer de ma vie aujourd’hui?» Cette question n'est pas simple. En me demandant d'honorer cette promesse, Jack m'a aussi légué sa volonté de vivre. Sans cette promesse, j'avoue que je me serais sans doute laissée mourir à ses côtés. Je ne me serais pas vue affronter la vie seule, sans lui. Mais sa force m'a poussée à me relever et aujourd'hui, je suis toujours vivante.

«Mes enfants connaissent-ils mon histoire avec Jack?» Non, ils ignorent tout de mon passé comme mon regretté mari. Je n'ai jamais parlé du Titanic à quiconque avant d'être contactée par les personnes de Dialogus. Être une survivante du naufrage du Titanic n'est pas un sujet dont je me vante.

«La première fois que j'ai embrassé Jack, était-ce aussi fort que mon mari?» Je ne peux pas comparer mes sentiments envers ces deux hommes. L'amour que j'éprouvais pour chacun était différent. Ce qui est sûr, cependant, c'est que je les ai aimés tous les deux sincèrement.

Et c'est ainsi que je conclus ma lettre, chère Lindsay. J'espère que vous éprouverez une certaine joie en lisant mes réponses. Vous deviez certainement attendre avec impatience ce courrier. Je vous laisse vous plonger dans sa lecture!

Avec toute mon affection,

Rose

************************Fin de
        page************************