Mon ami Georges
       
       
         
         

François

      Bonjour Monsieur Brassens,

Tout d'abord, il faut que je vous dise que je vous admire. Votre musique, vos paroles, vos chansons sont formidables. Vous êtes une personne à la fois simple et intelligente.

Pouvez-vous me confirmer non pas mon cul mais la question suivante: avez-vous bien inventé des mots de la langue française?

D'avance, je vous en remercie et je vous prie d'agréer mes salutations respectueuses.

Respectueusement vôtre,

François.

 

       

 

       

Georges Brassens

      Bonjour François,

Beaucoup ont l'impression que j'ai contribué à l'enrichissement de la langue française en forgeant des mots nouveaux, inédits. J'aurais bien aimé avoir le génie créatif de l'étonnant Frédéric Dard, mais ma production littéraire ne comporte pas un seul mot dont je pourrais revendiquer la paternité. L'équivoque tient peut-être au fait que j'ai réhabilité de nombreux termes qui étaient tombés en désuétude ou dont l'usage est peu courant. J'ai par ailleurs donné vie à de multiples locutions originales ou expressions détournées qui, pour certains, sont un ingrédient caractéristique de mon écriture.

Plusieurs universitaires et exégètes méticuleux ont décortiqué chacun des mes vers pour tenter d'établir le poids relatif de chaque mot, le contenu sémantique sous-jacent de chaque formulation.

Une analyse qui n'a jamais fini de m'étonner est celle de monsieur Jean-Claude Vernet qui a été éditée sous le titre de «Paroles de Georges Brassens». On y retrouve entre autres divers tableaux établissant la fréquence d'utilisation de tous les mots que l'on rencontre dans l'ensemble de mes chansons.

Je suis heureux de signaler à tous ceux (et à toutes celles) qui pourraient me soupçonner de misogynie que le nom commun le plus fréquemment utilisé dans mes chansons est le mot «femme», qui s'y retrouve 135 fois. Par ailleurs, ceux qui s'inquiètent de ma prétendue obsession de la mort seront rassurés d'apprendre que je n'en parle que dans 24 chansons sur plus de 200. J'ai été davantage hanté par la fuite du temps puisque le mot «temps» est celui qui se classe au deuxième rang des noms communs pour le nombre de chansons où il est présent. Le premier étant le mot «coeur».

Enfin d'autres continueront de spéculer sur la statistique qui établi que j'invoque le nom de Dieu 94 fois dans 45 textes.

Au plaisir,

Georges Brassens, homme de lettres