Omar Falk
écrit à

   


Georges Brassens

   


«La cane de Jeanne»
 

    À quel âge avez-vous écrit «La Cane de Jeanne»?

Omar Falk

Bonjour Omar,

Je devais avoir environ trente ans quand j’ai terminé l’écriture de cette chansonnette. Si tu trouves qu’elle ressemble beaucoup à une comptine pour enfants, tu as raison, c’est un peu ce que j’ai voulu faire. Mais je peux t’affirmer que pour faire une chanson qui soit toute simple et qui paraisse facile, c’est souvent plus de travail que d’écrire une chanson plus longue et plus compliquée.

Ma petite histoire peut sembler être une anecdote banale, mais quand on s’y arrête, on peut y voir une réflexion sur la mort des gens que l’on a aimés, qui peuvent nous quitter subitement, au moment où on ne s’y attend pas, comme le Premier de l’An. Par-contre, l’œuf que nous a laissé la cane avant de partir est un symbole d’espoir, l’idée que la vie continue.

As-tu remarqué, Omar, que la musique de la chanson, qui m’est venue en même temps que j’écrivais le texte, semble accompagner la démarche d’une vieille cane qui s’éloigne en se dandinant?

Enfin, tu seras peut-être surpris d’apprendre que cette cane a vraiment existé, de même que Jeanne, qui était la dame chez qui j’habitais. Elle l’avait achetée au marché pour éventuellement la faire cuire, la manger. Mais jamais nous nous sommes résignés à la tuer. Nous l’avons gardée jusqu’à ce qu’elle soit très vieille et qu’elle meure... d’un rhume mauvais.

Au plaisir,

Georges Brassens.