Raziel Kean
écrit à

   


Georges Brassens

     
   

J'aime tes chansons!

    Bonsoir Georges!

Je me permets de t'appeler Georges et de te tutoyer!

Je me nomme Daiko et j'aime tes chansons!

J'ai 15 ans, je baigne actuellement dans la musique des «cons» et de ta reprise de Jacques Brel: «Une partie de pétanque»!

J'aime, j'adore tes chansons! Quelquefois, je laisse aller des passages juste pour savourer la tonalité de ta voix...

Ho! Georges, je ne demande pas grand-chose, juste un signe de toi pour me montrer que c'est bien toi qui me répondras!

Salut à toi, mon ami!
Bonjour Daiko.
Rassure-toi, ça me fait plutôt plaisir que tu me tutoyes, que tu m'appelles Georges, que tu me dises ton ami. Tu vois, lorsque j'écris une chanson, je veux croire que c'est un peu comme une lettre que j'envoie à un ami. Et tu me confirmes que j'ai raison. Que tu me dises simplement que mes chansonnettes te font plaisir, que tu apprécies même ma grosse voix qui n'est poutant pas celle d'un chanteur conventionnel, j'ai le sentiment à mon tour d'avoir trouvé un ami, et ce malgré le canyon des générations qui aurait pu nous séparer.
De plus, ta lettre, toute courte et sobre, me conforte dans une autre ambition qui m'a toujours habité. Je crois qu'une chanson ne devrait pas se satisfaire d'être écoutée, mais qu'elle doit être telle qu'on aime la réentendre, jusqu'à devenir une simple présence, qu'elle donne l'impression que quelqu'un de familier, avec qui on a une correspondance chaleureuse, est là, présent, nous tient compagnie. C'est ce que je crois comprendre quand tu me dis que tu aimes laisser filer le disque, tout juste pour que la voix d'un ami vienne meubler l'instant. Une chanson que l'on aime, c'est une présence.
Enfin, si tu doutes que ce soit bien moi qui te réponde aujourd'hui, malgré toute la correspondance échangée précédemment avec tant d'autres amis, je ne peux que t'inviter à écouter mes chansons, puisque là tu ne peux douter que c'est véritablement tonton Georges qui s'adresse à toi, te racontre ses petits fabliaux, te présente tous ces personnages que j'ai mis en scène pour partager avec toi quelques sujets de réflexion ou quelques divertissantes galéjades.
Ton ami Georges.

PS: Ce n'est pas vraiment important mais "Une partie de pétanque" n'est pas de mon collègue Brel (qui n'a vraisemblablement jamais tiré le cochonnet de sa vie!) mais de A. Montagnard et L. Nègre.