Comment faites-vous?
       
       
         
         

6eme2

      Cher Georges,

Comment allez-vous? Moi je vais bien. J' adore toutes vos chansons. Ma mère vous aime beaucoup. Comment faites-vous pour écrire de si belles chansons?

Merci beaucoup

 

       
         

Georges Brassens

      Bonjour,

Je suis très heureux que mes chansons vous fassent plaisir. Vous qui me semblez tout jeune. Je suis heureux aussi que votre maman les apprécie également. Certains ont l'impression que seuls les mâles de ma génération trouvent une correspondance avec mes gaudrioles. J'ai toujours été convaincu du contraire mais j'apprécie en recevoir confirmation.

On accole bien des qualificatifs à mes chansons. Mais que vous me disiez qu'elles sont jolies nous ramène de façon très rafraichissante à l'essentiel. On oublie trop facilement que l'objectif premier de cet art sans prétention est d'abord de faire plaisir.

Comment fais-je? Vous me mettez vous-même sur la piste. Déjà, étant enfant, j'étais séduit par certaines chansons populaires et la façon dont elles s'incrustaient dans le quotidien, dans la vie. J'ai vite constaté que, comme dans tout autre domaine, la production était inégale mais que toujours une chanson, une musique, trouvait son public, donc apportait à quelqu'un quelques instants de plaisir, de divertissement, voire de réflexion.

Ma chère maman qui, en travaillant à la maison, écoutait à la radio les bleuettes à la mode et les chantonnait, notait les paroles sur des cahiers d'écoliers et échangeait ces textes avec ses copines du voisinage.

Très tôt j'ai donc eu ce goût de produire moi-même de petites chansonnettes avec déjà l'ambition qu'elles se classeraient parmi les plus jolies, les mieux faites, les plus intéressantes.

Plus tard j'ai rêvé d'être un grand poète, comme ceux que j'admirais. Mais j'ai vite compris que c'est dans l'univers de la chanson que je me plairais le plus. Assurément parce que la musique m'intéressait tout autant.

Comment je fais pour que mes chansons soient si jolies? C'est tout simple: je m'applique beaucoup. J'ai mis toute une vie à m'appliquer. Ayant cette ambition d'écrire, j'ai d'abord beaucoup lu. Je peux même dire que j'ai lu énormément. Pendant des années j'ai passé des journées complètes à la bibliothèque du XIVième arrondissement, à Paris, à lire attentivement, studieusement, tout ce que la littérature a pu produire de valable.

Parallèlement, je faisais une démarche similaire pour la musique.

Puis aussi j'ai observé: la vie, les gens.

Par ailleurs, peut-être parce qu'ayant le tempérament de l'artisan, lorsque je fais un travail, je suis toujours disposé à mettre le temps qu'il faut, à reprendre, à peaufiner, jusqu'à ce que j'aie le sentiment que je ne pourrais plus faire mieux.

Enfin, ma modestie n'a jamais pu empêcher mes amis de dire qu'en plus de tout ça, j'ai été gratifié d'un talent particulier.

Mais tout cela n'est qu'histoire de chansons et ne perdons pas de vue que tout ce qui compte vraiment c'est que ce soit joli.

Au plaisir,

Tonton Georges