Retour en page d'accueil de Dialogus

Marie
écrit à

Emma Bovary


Rester ou partir?


    Chère Madame Bovary,

C'est vers vous que je me tourne afin de laisser sortir ce que j'ai sur le cœur. J'ai longtemps, comme vous, rêvé à de grandes aventures, à une rencontre qui aurait changé ma vie. Lors d'un voyage en Italie, j'ai rencontré un homme avec qui je suis maintenant depuis deux ans. Il me demande d'aller vivre près de lui l'année prochaine. Et tout ce dont j'ai toujours rêvé me fait aujourd'hui peur. Me faut-il quitter mon confort, ma famille, mon travail? Tout cela en vaut-il bien la peine? Je pense à vous qui n'auriez pas hésité une seconde, et parfois j'aimerais vous ressembler.

Marie



Comment? Comment? Comment! Mais vous venez me demander conseil, alors que vous avez la vie qui s'offre à vous! La liberté est au bout de vos doigts, vous la touchez déjà, elle vous effleure des douces tempêtes à venir, et vous venez, à moi qui suis sombre et immobile, percluse de douleurs glacées au fin fond de ma misère, les pieds dans la boue désolante de l'ennui et de l'oubli, vous venez me demander conseil! Qu'espériez-vous donc que je fisse? Que je vous enjoignisse à rester... mais à rester où? Que perdez-vous donc? Que laissez-vous donc derrière vous? L'orage de la vie n'en vaut-il pas la peine? Craignez-vous les nuages lourds de menaces que vous semblez voir s'amonceler au-delà de vos espérances? Mais que croyez-vous donc, innocente, oiselle, fillette? Croyez-vous que la vie viendra vous chercher? Croyez-vous que l'amour et ses serments, la passion et ses emportements, la fougue et ses déchaînements attendront paisiblement à l'office que vous vinssiez vous préoccuper d'eux? Sotte, mille fois sotte! Si l'amour vous fait peur, vous n'êtes pas digne de votre jeunesse, et vous ne méritez que de moisir au coin d'un âtre humide à remâcher de vieux romans trop roses pour vous.

Emma B.
************************Fin de page************************