Retour en page d'accueil de Dialogus

Heurlin
écrit à

Emma Bovary


La lecture


   

Bonjour,

Pensez-vous que la lecture soit responsable de ce qui vous est arrivé? Pensez-vous que la lecture soit toujours une bonne chose?

Merci.


Bonjour, bonjour, cher Monsieur,

Quelle joie d'avoir un courrier de votre part qui me sorte de ma tanière noire et froide! Une missive, qui plus est, qui traite de la lecture: mais je m'étonne: ne pensez-vous pas, vous, que la lecture soit toujours une bonne chose? Comment vivre, comment tenir si l'on ne peut lire, plonger son âme humide et terne dans les péripéties d'autres âmes, plus vertes et plus courageuses, plus savantes, plus aimantes, plus passionnées et plus résolues? Comment garder la tête haute si l'on ne sait pas que c'est possible, que d'autres l'ont fait avant vous et le feront encore? Comment espérer enfin si l'on ignore les héros qui ont choisi de leur existence les tragédies comme les révélations?

Oui, Monsieur, la lecture est une bonne chose; elle m'a tant fait rêver, quand j'étais jeune fille!
 
Mais je vois bien ce que vous allez m'objecter: la lecture, si elle leur est douce, est-elle bonne pour les jeunes filles? Là n'est pas la question, mon cher Monsieur, là n'est pas le danger. Le voici, le véritable, l'infâme péril des douces oiselles: le rêve est-il une bonne chose pour les jeunes filles? L'espoir est-il une bonne chose pour les jeunes filles? La vie enfin est-elle une bonne chose pour les jeunes filles? Peut-être que les feux follets de leur jeunesse y trouveront le combustible qui les fera brûler une vie durant, sans espoir autre que d'attendre que les cendres l'étouffent; peut-être aussi que le souvenir de la vie, puissante et ardente, au sang brûlant et cramoisi, au vent terrible qui soulève les mèches folles et les jupons, peut-être que le souvenir lu de terres sauvages, de chevauchées échevelées et de tendresses puissantes leur permettra de tenir devant l'âtre humide et les déceptions de l'existence.

Je ne sais, Monsieur, je ne sais. Avez-vous donc beaucoup lu?

E. B.

************************Fin de page************************