Retour en page d'accueil de Dialogus

Éléonore
écrit à

Emma Bovary


Ennui (2)


   

Bonjour Emma,

Je me suis mortellement ennuyée lorsque j'avais dix-sept ans à lire votre histoire. Cet exercice m'était imposé par mon enseignante de Lettres. Depuis, plus de trente ans ont passé et j'ai appris à comprendre votre personnage complexe. Mais j'avoue qu'à l'époque, je ne voyais pas l'intérêt d'écrire un tel récit. J'aurais aimé qu'il me fût donné quelque chose à lire de plus captivant, comme «Germinal» par exemple, car votre vie me semblait alors mortellement ennuyeuse. J'espère que maintenant vous reposez en paix, et que vous avez trouvé la sérénité, loin des hommes qui vous ont rendue si malheureuse. Je vous envoie toute mon amitié littéraire.

Éléonore


Merci, Madame, pour votre missive, mais souffrez que je vous interroge sur certains points que vous avez l'amabilité de mentionner.

J'ai cru comprendre, en recevant des lettres comme la vôtre, que ma vie était connue de vous, dans ce lointain futur auquel je me prends à rêver parfois, même s'il m'est bien difficile de me le représenter avec les quelques anecdotes que vos contemporains me content parfois. Je ne sais qui a bien pu trouver l'intérêt de la raconter, et j'imagine que mon époux a inventé quelque drogue qui l'a enfin fait connaître -puisse mon existence devenir moins morne alors! Cet espoir me soulève d'autant que je suis bien certaine qu'un écrivain ou qu'un biographe n'aurait point publié l'histoire de mes jours s'ils n'eussent eu un quelconque intérêt pour ses lecteurs. Je trépide en essayant de ne point trop espérer... les déceptions sont si cruelles!

Mais voici précisément ce que je ne saisis pas: vous me dites, donc, que je suis d'un mortel ennui? Outre la douteuse courtoisie de tels propos, et l'ignorance dans laquelle je me trouve au sujet de ce «Germinal» à propos duquel vous voudrez bien m'éclairer, vous suggérez des épisodes que je ne me souviens pas avoir racontés à qui que ce soit, qui ne regarde que moi et les personnes qui s'y sont mêlées, et qui cependant montrent bien que mon existence n'est pas si plate que vous voulez bien le laisser entendre.

Que voulez-vous donc dire?

E. B.

************************Fin de page************************