Retour en page d'accueil de Dialogus

Amélie 
écrit à

Cyrano de Bergerac


Panache


   

J'ai une dissertation à faire en classe et mon énoncé est «Le symbole du panache confirme la philosophie de Cyrano. Prouvez.» J'aimerais savoir si vous seriez en mesure de m'identifier quelques citations qui expliqueraient mon énoncé ou bien la vraie signification du mot «panache».

Merci beaucoup!

Amélie


Ferraillant à Ivry, le bon roi béarnais,
Le gaillard Henri IV, debout sur son harnais,
Agitait son plumet pour raviver ses troupes.
En s'élevant ainsi bien au-dessus des groupes
Il en devint  plus haut et n'en fut que plus grand
Quand tous se rallièrent à son panache blanc.
Le panache, Amélie, ce sont ces quelques plumes
Qui semblent n'être rien qu'un atour de costume
Mais qui touchent le Ciel si on veut bien les voir
Et grandissent le chef qui leur sert de perchoir.

Mais le panache aussi c'est avoir l'excellence
D'offrir une ballade en réponse à l'offense
De faire mat un sot tout en gardant ses pions:

«Ballade du duel qu'en l'Hôtel Bourguignon
Monsieur de Bergerac eut avec un bélître»

Que la première mouche soit déjà dans le titre;
Ne pas trop se presser pour occire quelqu'un
Et faire d'un duel un drame peu commun.
Tuer, mais sur le ton de la plaisanterie
Pour que le drame ait l'air d'être une comédie.
Le panache est ici de l'âme un supplément,
Comme de la grandeur l'ultime complément,
Un délicat refus de se prendre au tragique,
Un sourire posé sur un acte héroïque,
Afin d'offrir à Dieu l'âme de ce butor
Dans un joli paquet avec des rubans d'or.

«Prince, demande à Dieu pardon!
Je quarte du pied, j'escarmouche,
je coupe, je feinte... Hé! là donc
A la fin de l'envoi, je touche.»

Le panache pour moi n'est pas que dans les armes
On le trouve souvent, et sans trop de vacarme
Chez de braves et bons hommes apportant par ailleurs
Plus de bien sur la Terre que bien des ferrailleurs.
Mon ami Ragueneau, le maître de cuisine,
Cependant que chez lui j'attendais ma cousine,
Fit preuve d'un esprit vraiment des plus heureux:
Il récitait des vers pour quelques malheureux
Alors que ces derniers entre deux poésies
Se jetaient goulûment sur ses pâtisseries
Je lui fis remarquer: «ne vois tu pas ma foi
Qu'à bon compte ils s'empiffrent?» Il me dit «je les vois
Sans regarder, de peur que cela ne les trouble;
Et dire ainsi mes vers me donne un plaisir double,
Puisque je satisfais un doux faible que j'ai
Tout en laissant manger ceux qui n'ont pas mangé!»

En voilà du panache, et du vrai je vous jure!
Pas besoin de duel, pas d'assaut, pas d'injure
La seule pureté de l'âme en son carquois
Peut rendre un hobereau plus noble que son roi.

«Oui, vous m'arrachez tout, le laurier et la rose!
Arrachez! Il y a malgré vous quelque chose
Que j'emporte, et ce soir, quand j'entrerai chez Dieu,
Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J'emporte malgré vous, et c'est...
                                -C'est?...
                                          -Mon panache.»


Signé: Hercule-Savinien
De Cyrano de Bergerac,
Grand riposteur du tac au tac.
Philosophe, physicien,
Rimeur, bretteur, musicien,
Et voyageur aérien,
Amant aussi, pas pour son bien.

************************Fin de page************************