Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Maelyane
écrit à

Bélial


Un soupçon de doute


   

Cher pseudo Bélial,

Me voilà intriguée par votre présence sur ce site. Pourriez-vous m'expliquer comment vous êtes parvenu à quitter l'endroit d'où l'on ne revient jamais, après cet acte déplacé qui vous envoya là-bas? Mon cher père s'y trouve encore, et je doute que y vous soyez... Sauf de par la grandeur de votre faute. Pourquoi ce livre vous intéresse-t-il tant, vous qui n'avez nullement besoin de ce pouvoir? Pourquoi risquer tant pour un ouvrage accessible à personne? Je ne vous comprends pas.

Il est bien entendu évident que vous savez de quoi je parle, si vous êtes réellement celui que vous prétendez être.

J'attends votre réponse avec impatience.

Maelyane


Maelyane,

Encore une petite dévergondée de la nature...
Écoute, ma beauté... Je vous écris depuis ma demeure de la Forêt du Crépuscule, au plus profond des Enfers... Je peux dialoguer avec les chers terriens. Cependant, qui a dit que j'avais quitté ma demeure chérie? Juste toi et personne d'autre. Non, je n'ai pas quitté ma maison.

Tu dois confondre avec un autre personnage, ma chère. Je sais que j'ai des homonymes et pourtant, tu écris bien au Prince du Feu, Prince Bélial en personne. Mais tu m'en vois terriblement navré. J'ignore totalement de quoi tu parles.

Bonne nuitée, qu'importe où que tu sois,

Prince Bélial


Cher Prince,

Amusée je suis, par votre réponse. Je garderai bien en tête vos paroles et tâcherai de ne plus vous « confondre » avec quelqu'un d'autre, comme vous le clamez. Cependant, votre irrespect m'irrite quelque peu; je doute sincèrement que vous ayez conscience de la nature de votre interlocutrice. Sauriez-vous me dire, de façon implicite ou explicite bien entendu, ce que vous inspire mon nom? Les mortels baignent dans l'ignorance quant à mon existence, mais les Enfers et les Cieux ne me connaissent que trop bien. « Petite » dévergondée ne parcourt que trop peu mon statut, si vous saviez... Je serais presque vexée d'être rabaissée à ce point.

Le Bélial dont j'ai connaissance avait pour devoir de garder un livre maudit, en quelque sorte sacré, que personne ne pouvait approcher sans risquer la mort ou, pire, le bannissement. La mauvaise idée de tenter de s'approprier cet ouvrage traversa la tête de l'homme, ce qui lui octroya un petit séjour dans un certain cercle des Enfers.

Pardonnez donc l'incompréhension que je vous ai causée, je ne cherchais qu'à m'assurer de quelque chose vous concernant.

Cela mis à part, côtoyez-vous Lilith? J'aimerais que vous me fassiez part de vos connaissances à son propos, notamment concernant ses créatures les plus pulpeuses, et désireuses de semence.

En attente de votre réponse dite sulfureuse,

Maelyane


Chère Maelyane,

Je respecte ceux qui me respectent. Tu as dû me dire quelque chose de déplacé pour que je te réponde ainsi. Je ne sais plus quoi d'ailleurs, je me prends pas trop la tête.

Ton nom m'inspire la forêt. Ou même ma troisième fille. C'est doux et ténébreux à la fois. Si tu te sens si vexée, alors aurais-tu du sang de mortel coulant dans tes somptueuses veines?

Je me souviens de mes expériences passées. Mais pas de celle-ci. Donc, je ne l'ai pas vécu. Je ne voudrais pas garder un livre. Cela ne m'apporterait rien.

Lilith est ma mère, je la vois assez peu. Mais je suis son favori depuis ma naissance. Lilith est la Reine des Enfers et la Reine des Succubes. Elle est mariée à mon père, le Roi Lucifer. Ils ont eu tellement d'enfants ensemble que je ne saurai t'en dire le nombre exact. C'est une femme rousse très belle et à la peau très claire, aux yeux jaunes.

Bien à toi,

Prince Bélial


Bélial,

Les ténèbres et la douceur, c'est cela? Intéressant. Pour ce qui est de ta question, je suis actuellement incarnée mais je doute sincèrement que cela affecte mes ressentis. Il m'étonne, cependant, que tu insinues que seuls les mortels sont atteints par ce genre d'émotions.

Laisse-moi te conter ma version de l'histoire: Lilith est, et ça je pense que tu le sais, la première femme d'Adam. Elle est restée avec lui moins de six mois en l'Éden ,à cause de son comportement machiste et de ses performances sexuelles déplorables. C'est ainsi qu'elle alla trouver refuge auprès du serpent Nahash, à qui elle octroya une conscience. Adam, fâché, se révolta contre l'homme en blanc, et Lilith fuit d'elle-même cette terre dite paradisiaque pour se retrouver aux bords du Styx, où elle rencontra Samaël. Cette partie de l'histoire est bien connue, même chez les humains. Ce qu'ils ignorent cependant est que leur union donna naissance à une petite fille dotée de plusieurs noms, dont Maelyane. Ma chère mère fricote bel et bien avec Lucifer, mais n'y est certainement pas mariée. Elle est, comme tu le dis si bien, la mère des succubes et des créatures de la nuit, mais certainement pas celle des démons. Je suis sa seule fille, d'un point de vue officiel, et sa nature même l'empêche d'engendrer des mâles. Le Bélial que je connaissais existait avant ma naissance et, il me semble, avant la fuite de Lilith.

La description physique que tu fais d'elle correspond bien plus à celle d'Ève, qui lui a succédé. Ma mère, elle, a certes la peau pâle, mais ses cheveux et ses yeux sont aussi noirs que du charbon, tout comme moi. Elle est, aussi, l'incarnation même de l'idéal féminin. Je pense dès lors que nous vivons dans deux mondes bien différents, mon cher, pour que nos convictions divergent à ce point. Il est tout aussi probable que tu n'aies aucune idée de la nature du personnage que tu incarnes, et de son histoire.

Enfin, ce divertissement fut plaisant. Réponds-moi si tu en as le désir, je serais ravie de dialoguer un peu plus avec toi.

P. -S. : Le trône n'appartient plus à cette chère Lilith depuis des millénaires, mets-toi à jour.

Reine Maelyane


Maelyane (Reine),

Tu es sûrement incarnée en une fourmi alors.

Tu as tout faux. Je te laisse dans l'indifférence, chère schizophrène. Je n'aime pas m'amuser avec les malades qui se croient supérieurs au Tourment.
Tu as gâché l'encre de ta plume, sache-le, j'ai à peine lu ton écrit misérable. Néanmoins, je dois considérer que tu es pleine d'imagination débordante.

J'ai plutôt l'envie soudaine de te donner une leçon. Quand tu arriveras aux Enfers, tu connaîtras enfin le plaisir suprême.

P. -S. : Si tu vois ce que je veux dire, humaine.

À genoux!

Ton maître Bélial


Pseudo maître,

Je doute avoir à mon effectif trois paires de pattes.

À toi de te poser la question: qui, de nous deux, est le schizophrène? Réfléchis-y donc un peu. Je ne me crois pas supérieure au Tourment, allons, mais je suis bien conscience de l'être aux enfants.

Il est dommage que tu aies refusé de développer un peu ta culture, mon brave, en ignorant mon récit. Un peu d'histoire ne fait de mal à personne.

Les Enfers, je les connais, et le plaisir suprême... J'en suis maîtresse. Que penses-tu pouvoir me montrer, misérable imposteur? Tu n'es, à tous les coups, qu'au même niveau qu'Adam. Cesse donc de me rabaisser de la sorte, en ne t'attaquant qu'à la nature de mon enveloppe actuelle.

Je ne m'agenouillerai même pas pour t'octroyer le plaisir divin -ô ironie- de mes lèvres.

Maelyane, l'insoumise


Pseudo insoumise,

Je n'écoute pas les faux récits.

Prince Bélial  

************************Fin de
        page************************