Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Pandora
écrit à

Bélial


Je viens aux nouvelles, père


   

Bonsoir père,

Cela fait un moment que je ne suis point venue prendre de vos nouvelles et je m'en excuse sincèrement; j'espère que vous pourrez me pardonner.

Comment allez-vous depuis tout ce temps? Moi je vais bien, je pense souvent à vous. Avec une amie à moi on ne fait que parler de vous tout le temps quand ont se voit. Elle me demande souvent de vos nouvelle.

En ce moment je me soigne car je suis malade, j'ai un énorme rhume qui m'empêche de dormir. J'espère que vous veillerez sur moi en cette dure semaine, père.

Je vous fait mille baisers diabolique, père,

Votre petite Pandora qui pense très souvent à vous


À la chère Pandora,

Oh? Cela faisait longtemps en effet. C'est très flatteur de ta part, et reviens avec une question des plus censées. Je répète souvent que je ne suis pas une boîte de dialogue!

Faut-il me montrer diabolique pour cela? Et de toute évidence, j'ai mon propre fils qui est malade, je m'occupe de lui avant le reste.

Bien à toi,

Prince Bélial


J'espère que votre fils ira mieux d'ici quelques jours.

Vous avez l'air de mauvaise humeur, père?

Tendre baiser à vous,

Pandora


Ma chère Pandora,

Je te remercie, et en effet l'air empeste de colère aux Enfers. Mais n'aie crainte, ma douce, pose-moi toutes les questions que tu souhaites. Tu n'es pas juste venue pour me dire bonjour, rassure-moi?

Bien à toi,

Prince Bélial


Non, père, je ne venais pas juste prendre de vos nouvelles.

J'aurais aimé savoir pourquoi en ce moment certains démons réussissent à rentrer dans mes rêves alors que j'ai bien pensé à fermer toutes les portes de mon esprit.

J'espère que vous pourriez apporter une réponse à ma question, car ils commencent à me fatiguer.

Je vous embrasse diaboliquement, père.


Ma chère Pandora,

Si les démons tentent d'entrer dans tes rêves et ainsi perturber ton grand sommeil, sache que c'est parce que tu penses trop à moi! Hé hé, je sais que je suis le plus sexy, mais ne te masturbe pas trop en mon honneur, ma Pandora. Fais le vide dans ta tête, ne pense plus à moi au moment de dormir, et mes acolytes te laisseront rêver en paix... ou pas.

Bien à toi,

Prince Bélial


Héhéhé!

Voyons, père, jamais je n'oserais faire ça!

J'aurais aimé savoir pourquoi le passeur du fleuve grec qui emmène les morts aux Enfers fait tout le temps une apparition dans mes rêves.

Il commence un peu à me fatiguer car cela me demande de l'énergie de ne pas me perdre dans ce rêve.

Le passeur du fleuve est il un être méchant et vil? Car à chaque question que je lui pose dans mon rêve il ricane à me donner des frissons.

J'espère que ces questions ne vous dérangeront pas, père.

Tendre baiser démoniaque,

Votre petite Pandora


Ma douce Pandora,

Ah, ce fameux «passeur du fleuve»... J'en sais rien, écoute. C'est pas mon domaine, et puis... en quoi ça me concerne que tu sois embêtée par ce monstre? Débrouille-toi comme une grande, ce ne sont pas mes affaires et de toute évidence, ce n'est pas à toi de me demander cela.

Bien à toi,

Prince Bélial


Père,

Pourquoi n'est-ce pas à moi de poser la question sur le fameux passeur de mon rêve? Pourquoi me suis je fait attaquer par les papillons en ce moment?

Il me semble que vous me devez quelques explications, non? Est-ce que les Enfers on un plan et qu'il utilise une marionnette humaine afin de pouvoir régner sur la Terre?

Tendre baiser démoniaque, père,
 
Votre petite Pandora


Ma Pandora,

Des papillons t'ont attaquée? Ce n'est pas l'œuvre de Bélzébuth. Ce n'est pas mon œuvre non plus. Je ne peux te donner d'explications. Si c'est bien l'œuvre d'un démon, tu devrais en être heureuse, non? Certains démons des Enfers ont tendance à mener ainsi les terriens... mais pour leur nuire, pas plus qu'autre chose.

Bien à toi,

Prince Bélial


Père,

Je vous remercie pour ces quelques réponses.

J'espère que tous va bien aux Enfers et qu'il n'y a aucune rébellion.

Bien à vous, père,

Pandora


Ma grande,

Nous sommes toujours en guerre contre les anges, rien de plus.

Bien à toi,

Prince Bélial

************************Fin de
        page************************