Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Agnès
écrit à

Atalante


Une vie légendaire


   

Chère Atalante,

Étant intéressée par la mythologie grecque, j'ai fait plusieurs recherches sur des personnes attirant mon attention.

Quand j'étais petite, j'ai lu un J'aime lire qui parlait de vous. L'histoire était un mélange de la version arcadienne et de la version béotienne.

J'ai recherchée sur Wikipédia ce qu'étaient ces deux versions, et ce qui se disait est que dans la tradition arcadienne, vous êtes abandonnée dans la forêt par votre père, Iasos, qui ne rêvait que d'un fils. Vous êtes recueillie par une ourse, puis par des chasseurs, qui vous entraînent à devenir une grande chasseresse redoutable. Comme Artémis, vous faites vœu de virginité, et tuez deux centaures, Hyléos et Rhoécos, qui voulaient abuser de vous. Mais il semble apparemment que vous épousez cependant Méléagre.

Dans la version béotienne, votre père, Schoenée, souhaite vous marier, ce que vous ne voulez point. Vous décidez alors de n'épouser que l'homme qui saura vous battre à la course, et que chaque personne perdante serait mise à mort. Tous les prétendants perdent jusqu'à ce qu'Hippomène arrive. Aidé par la ruse d'Aphrodite, il jette une par une trois pommes d'or, que vous ramassez. Cela lui fait gagner du temps et il vous bat. Vous vous mariez alors. Mais comme Hippomène oublie de remercier Aphrodite, elle se venge en envoyant un désir irrépressible de faire l'amour dans un temple de Cybèle; cette dernière, courroucée, vous transforme en lions et vous attelle à son char. Une fois devenus ainsi, vous ne pouvez plus vous unir l'un à l'autre.

Je suis désolée de vous écrire tellement, mais tout cela m'amène à un point: quelques questions que je souhaiterais vous poser. Je ne voudrais pas trop vous en poser. Quand Hippomène vous a battue, quel était votre sentiment? Étiez-vous consentante à l'idée de l'épouser?

Et parmi les deux versions, laquelle préférez-vous, et laquelle est la plus vraie selon votre passé, légende?

Encore une fois, je suis désolée de vous incommoder, et je vous remercie d'avance de consacrer du temps à répondre à mes questions.

Cordialement,

Agnès


Agnès, pardonne l’épouvantable retard de ma réponse. J’étais en voyage de chasse sur le Pélion et là-bas, le temps s’écoule différemment.

Je suis née et j’habite toujours en Arcadie, mais sinon, tu as raison, ma vie est un mélange de tous ces récits. Sauf l’histoire du temple. Ça, c’est complètement absurde. L’aède qui t’a chanté cette histoire devait avoir pris un verre de trop.

J’ai, comme tu l’as décrit, été exposée à ma naissance, quoique mon père ne se soit pas chargé personnellement de la besogne de m’abandonner aux animaux sauvages. Les chasseurs, mes bons petits pères, qui m’ont recueillie et élevée, racontent effectivement que lorsqu’ils m’ont trouvée, je tétais les mamelles d’une ourse. Je ne sais pas trop s’il faut les croire, si tu savais les histoires que j’ai entendues d’eux, les soirs autour d’un bon feu, sous la nuit étoilée...

La déesse Artémis est chère à mon cœur, mais je n’ai jamais prononcé de vœux, encore moins de chasteté. Si je me suis battue et ai tué les centaures qui voulaient me violer, ce n’est pas à cause d’un vœu de chasteté. C’est tout simplement parce que je ne voulais pas me faire violer.

Méléagre a été mon amant; je l’ai beaucoup aimé, mais nous n’avons jamais été mariés. Sa famille s’y serait fortement opposée et moi aussi en fin de compte. À cette époque, le mariage était bien loin de mes pensées. Ensuite, je pense que tu sais que Méléagre est mort, des suites de sa loyauté envers moi. Enfin, tout cela est loin maintenant.

Pendant les jeux à l’occasion des funérailles du roi Pélias, j’ai été présentée à mon véritable père, Iasos. Il m’a proposé de réparer son erreur et j’ai accepté d’aller vivre chez lui. Là, j’ai découvert l’existence que j’aurais menée si j’avais été élevée en princesse. Jamais je n’ai été aussi reconnaissante d’avoir été abandonné dans la montagne. Oh, Agnès, l’ennui, d’un gynécée, est effroyable! Les mois passés là-bas ont été les plus pénibles de ma vie. Ensuite, mon père a voulu que je me marie et franchement, à ce point, j’aurais fait n’importe quoi pour briser la routine, mais je n’allais pas quitter une prison pour une autre. Passer du gynécée de mon père à celui de mon époux, non merci. C’est pourquoi j’ai imposé la condition de l’épreuve physique. Celui que j’épouserais pourrait me suivre et saurait dès le départ le genre de femme que je suis. C’est Hippoménès qui a gagné. Il a gagné bien avant que nous ne concourions à la course. Nous avions eu l’occasion de discuter à quelques reprises avant l’épreuve et il me promettait une existence excitante faite d’aventures. Il se vantait d’ailleurs de revenir d’une expédition aux Jardins des Hespérides, où il avait volé trois pommes d’or. Je pensais qu’il me baratinait un peu, mais lors de l’épreuve, alors que je courais loin devant lui, il a lancé les pommes, prouvant qu’il était réellement l’aventurier qu’il disait être. J’ai ralenti pour cueillir les pommes d’or et j’ai laissé Hippoménès me rattraper. Ce n’était pas l’or qui m’intéressait, mais la promesse qu’il sous-entendait. Je n’ai pas été déçu par mon mariage et j’ai même un fils extraordinaire qui aime tout autant la chasse et les aventures que ses parents.

Atalante

************************Fin de
        page************************