Retour en page d'accueil de Dialogus

Antoine
écrit à

Achille


Le talon d'Achille ou le talent d'Achille


   

Le 5 février 2015
Collège Marcel Proust


Ô valeureux guerrier,

Je me nomme Antoine, j'adore votre histoire. J'ai fait des recherches sur vous, j'ai lu plusieurs échanges de lettres mais dans un document destiné à Alexandre, vous dites que les créatures mythiques étaient réelles. Comment étaient-elles? Avez-vous tué l'une de ces créatures?

Pourquoi dites-vous dans la lettre de Nathan que votre mère a essayé de vous plonger dans le feu alors que dans une autre vous dites que c'est dans de l'eau?

Avez-vous d'autres points faibles que votre talon? Votre mère voulait que vous soyez immortel, mais pas votre père, pourquoi? Néréides était-elle fière de vous bien que vous soyez mortel?

Dans votre vie, ce que je préfère, c'est la guerre de Troie. Je trouve cela très intéressant. Beaucoup d'histoires disent que vous avez traîné le corps d'Hector jusqu'à votre camp. Avez-vous fait cette terrible chose?

Vous n'avez pas peur de la mort, vos cicatrices ne vous font rien mais quel était votre état d'esprit pendant la guerre de Troie?

Je vais vous laisser, répondez-moi s'il vous plaît.

Au revoir,   
 
Antoine


Salut, ô Antoine!

La guerre contre Troie n'est pas terminée. Il me semble parfois qu'elle ne finira jamais. Depuis la mort d'Hector, les forces troyennes ont certes décliné, mais les hauts murs demeurent impénétrables et de nouveaux et puissants alliés arrivent régulièrement, réapprovisionnant la cité en vivres et en hommes. Je t'avouerai que mon état d'esprit n'est pas au meilleur. Patrocle est mort et l'espoir que j'avais auparavant d'un après-guerre est mort avec lui. Je me bats tous les jours dans l'attente d'un coup fatal qui mettrait fin à cette courte vie qui a pourtant déjà trop duré.

J'ai connu des centaures et des nymphes capables de prendre n'importe quelle forme. Je n'ai jamais chevauché un cheval ailé, mais je possède deux étalons immortels, offerts par les dieux, lors du mariage de mes parents. J'ai surtout combattu des hommes. Parfois des fils de dieux, mais tout de même des hommes.

Ma mère s'appelle Thétis. Elle est la fille du dieu marin antique, Nérée. Elle et ses cinquante sœurs sont collectivement appelées les Néréides, c'est-à-dire les filles de Nérée. Ma mère me voulait immortel pour me protéger, car elle m'aime. Elle ne m'en aime pas moins malgré son échec. À ma naissance, ma mère a tenté de me rendre immortel en brûlant ma chair mortelle dans les flammes et en m'enduisant ensuite d'ambroisie. Mon père l'a surprise alors qu'elle s'apprêtait à me plonger dans le feu. Il l'a arrêtée, lui aussi pour me protéger, et l'a chassée du pays. Mon seul point faible est le même que celui de tous les êtres humains: je peux et je vais mourir un jour.

Oui, mon cher Antoine, j'ai fait cette chose terrible. Après avoir tué Hector, j'ai traîné son corps derrière mon char et je me suis acharné sur son cadavre. Mon désir de vengeance ne s'était pas apaisé avec la mort d'Hector. Au contraire! Je le haïssais encore plus. Je voulais qu'il soit vivant à nouveau pour pouvoir le tuer encore et encore. Ce furent des jours et des nuits d'une grande noirceur pour moi. Finalement, j'ai connu l'apaisement de ma haine, non pas par un acte de cruauté, mais par un mouvement de compassion. Pleurer mains dans les mains avec le roi de Troie, Priam, pleurer la mort de Patrocle, pleurer mon pauvre père et tous ceux que j'ai connus et que je ne reverrai jamais, pleurer tous mes malheurs en chœur avec l'ennemi, dans un moment de trêve absolue, fut le remède à ma haine dévorante.

Que le bon œil t'accompagne!

Achille

************************Fin de page************************