Retour en page d'accueil de Dialogus

Clémentine
écrit à

Achille


Ce que j'aimerais savoir de vous!


   

Cher Achille,

Dans le cadre d'un projet scolaire, je me permets de vous poser quelques questions dont je ne connais guère la réponse. Bien longtemps j'ai attendu de vous poser ces questions. Bien sûr, je pense que l'on doit vous en poser plus d'une. J’espère pour vous et pour moi qu'elle seront constructives. Tout d'abord j'aimerais savoir, bon Achille: quand votre mère la douce Thétis, vous a plongé dans le Styx, est-ce que cela vous a rendu immortel? Êtes-vous d'accord sur ce que l'on dit de vous, que vous êtes courageux, vaillant et honorable? Si cela ne vous embête pas, cher Achille, j'aimerais vous questionner une dernière fois. Quand avez-vous pris les armes pour la première fois, et pendant cette période avez-vous eu des regrets?

Dans l'attente de votre réponse, je vous salue, ô bon Achille! 

Clémentine, une admiratrice de 4°C!


Salut à toi!

Il existe plusieurs légendes qui tentent d'expliquer mes prouesses physiques. La vérité est qu'aucun évènement unique et magique n'a assuré ma force. Donc, cette histoire de plongeon dans le Styx n'est que poésie d'aède. Le sang qui coule dans mes veines n'est certes pas celui d'une race de faibles, mais je dois ma forme physique à un entraînement rigoureux. Pendant des années, j'ai perfectionné mes techniques et poussé mon corps au-delà de ses limites. J'ai travaillé durement pour devenir le meilleur, j'ai souffert mille maux, et cela m'insulte quand les gens ignorent ma résilience et voudraient attribuer à ma force une origine magique et sans effort. Je ne suis pas immortel. La seule immortalité à laquelle je peux aspirer est celle de mon nom traversant les âges, gravé dans les mémoires.

Oui, c'est vrai, je suis courageux, vaillant et honorable. De bien belles qualités. Cependant, je suis aussi impétueux, colérique et susceptible. De bien vilains défauts.

J'étais très jeune lorsque pour la première fois mon père a posé une arme entre mes mains. Je proviens d'un peuple de guerriers où les garçons sont tous, plus ou moins, entraînés à devenir des combattants. La guerre est si fréquente, les invasions si nombreuses, que tous les hommes doivent se battre comme ils respirent, comme un acte de survie naturel. La première fois où j'ai pris les armes contre un ennemi, je devais avoir une dizaine d'années et j'habitais sur le mont Pélion avec mon maître d'entraînement, le centaure Chiron. Je me suis battu contre les centaures sauvages du Pélion. Plus tard, j'ai rejoint leur groupe et ensemble, nous avons terrorisé les habitants de la région. J'ai de nombreux regrets quant à cette période de ma vie. Je me suis laissé influencer par de mauvais modèles et ma conduite était misérable.

Que les dieux te soient cléments!

Achille   

************************Fin de page************************