Retour en page d'accueil de Dialogus

Marie
écrit à

Achille


As-tu été maltraité?


   

Salut à toi ô Achille, mon héros!

J'ai remarqué que tu sembles très à cheval sur les marques de politesse, aussi je préfère te préciser tout de suite que je t'admire et te vénère énormément. Je ne m'étendrai pas sur mon amour démesuré envers toi, mais sache qu'il est bien présent, et que recevoir une réponse de ta part équivaudrait à l'accomplissement d'une vie!

Une question me taraude depuis longtemps à ton sujet... Je connais déjà ton enfance, mais je me demandais s'il t'est arrivé d'être frappé, par ton père le noble roi Pélée (que je respecte aussi grandement) ou par quelque adulte responsable de ton éducation. T'es-t-il arrivé, pendant ton enfance mouvementée, de recevoir des coups? As-tu été maltraité? Bien que je ne sache expliquer pourquoi, je ne peux m'empêcher d'y penser dès que je te vois... Voilà, cher Achille, je te saurais gré de me fournir une réponse et j'espère que tu gagneras bon nombre de combats le temps que ma lettre te parvienne.

Avec tout mon respect,

Marie


Salut à toi, Marie aux belles joues!

Je ne dirais pas que je suis très à cheval sur les marques de politesse, cependant il est exact de dire que je réclame un minimum de civilité de la part de mes correspondants. Par tous les dieux! nous sommes humains, nous ne sommes pas des animaux. Nous ne pouvons pas bêtement nous renifler le derrière pour faire connaissance. Si on m'aborde en me lançant un grossier: « Yo! Comment va ton talon? », je ne serai absolument pas d'humeur à répondre. Pas plus que je ne répondrais à un cochon qui grognerait dans ma direction. Qu'est-ce que j'aurais à gagner d'une conversation avec un cochon?

Je n'ai pas été maltraité. J'ai reçu, comme tous les garçons, ma part de coups de fouet lorsque je désobéissais aux ordres, mais rien d'excessif. Dans l'éducation, que ce soit des enfants, des esclaves ou des bêtes, le principe est le même: il faut se montrer ferme, sans jamais infliger de blessures importantes. Je ne me suis jamais senti menacé par les adultes qui prenaient soin de moi. Au contraire! Je leur en ai fait voir de toutes les couleurs et personnellement, je ne pourrais pas endurer la moitié de l'enfant que j'étais. Et je ne t'ai pas encore parlé de mes années tumultueuses d'adolescence. Non, vraiment, amie, ce n'est pas moi qui ai été maltraité. Ce sont les gens autour de moi qui ont subi ce sort.

Je te remercie pour ton amour.

Que le bon œil t'accompagne!

Achille

************************Fin de page************************