Retour en page d'accueil de Dialogus

Satan
écrit à

Arthur Rimbaud


Satan écrit à Rimbaud


   


Un lot de route,
Une hébétude
Et quelques gouttes
Par habitude...

Un temps qui coûte,
Une attitude
Fait qu'on redoute
La servitude...

Un vent déroute
Une plénitude
Change les doutes
En certitude...


Ce fut votre murmure... avez-vous souvenance? Œillade.

Deux gaules joignant un cygne,
SATAN
Σατανάς



Cher Satan,

Nulle souvenance de ces murmures, peut-être parce que je n'aime pas le demi-jour de ces demi-tons. Ma «Saison en Enfer» n'est-elle pas finie, que vous veniez me tirer par les pieds?

Bien à vous,

Rimbaud



(1)ארתור היקר ,

- L'hermétiste, l'intimiste et l'énamouré du clair-obscur n'aime point le demi-jour!

-Vous tirer les pieds?! Vous, l'unijambiste? Hum... Le génie et sa mémoire labile!

Et,
Ayant horreur des demi-mesures et n'ayant pas pu dégoter une demi-vierge, j'ai dû gazouiller en demi-teinte… En me contentant d'une demi-mondaine. Supplémentairement, cher demi-mort, je croyais que mon dit cadencé serait compréhensible à demi-mot.
(Demi-soupir).

Cher, oui, vous que je n'estime pas qu'à demi, pourquoi ne pas mettre un bémol en radoucissant la hauteur tonale de mes arias?

P.S. : il est minuit et demi.


Deux gaules joignant un cygne,

SATAN
Σατανάς

(1) Plusieurs théologiens consultés avouent s'interroger sur cette adresse en hébreu. L'opinion la plus commune est que Rimbaud (Arthur pour les intimes), ayant déjà passé une saison en enfer, a pu nouer des relations cordiales avec le diable et y apprendre de surcroît ce qui n'est pas seulement la langue de l'Ancien Testament mais celle qu'a employée le Tentateur pour s'adresser à Ève (Note de Dialogus).
************************Fin de page************************